Actualités

Coup de jeunesse à la Chambre de commerce du Sud-Ouest

Coup de jeunesse à la Chambre de commerce du Sud-Ouest
Photo: Gracieuseté - Tristan SabourinAvec son mandat d’un an, Pascal Rochette, qui succède à l’ancien président Michel G. Langlois, partagera son expérience professionnelle afin d’accompagner les entrepreneurs dans leur démarche de croissance économique.

Un vent de fraîcheur souffle sur la Chambre de commerce et d’industrie du Sud-Ouest de Montréal (CCISOM), alors que l’administration compte sur un nouveau président. En fonction depuis le début de l’année, le Lachinois Pascal Rochette se joint à une équipe qui se fait plus jeune.

Motivé par les nouvelles rencontres et l’aspect de réseautage, le comptable de formation s’investit dans le service d’aide qu’offre la CCISOM pour faire de la chambre une référence de premier ordre.

«J’aime faire affaire avec des entreprises et comprendre le contexte des différents enjeux, partage le président de la CCISOM. Mon projet, c’est qu’on devienne une source de partenariat pour les entrepreneurs et qu’ils sachent qu’ils peuvent entrer en contact avec nous en cas de problème.»

L’administration compte plusieurs grands dirigeants d’entreprises de différents groupes d’âge, ayant chacun leurs forces et apportant leur brin d’expertise pour créer cette «complémentarité efficace».

«On essaie de rendre ça dynamique avec un bon réseau de contacts d’affaires, explique M. Rochette. Le mélange multigénérationnel crée un bon équilibre, de bons échanges et force à repenser un peu tout.»

Rôle
La chambre de commerce est un réseau de gens d’affaires offrant un forum d’échanges et d’informations afin de contribuer à la croissance économique de ses membres. Dans le cas de la CCISOM, son rôle est réparti en trois grands points.

Tout d’abord, elle permet de rencontrer des partenaires et de prendre conscience de la réalité de chacun. Cette étape est primordiale pour comprendre que les problèmes de l’entrepreneuriat sont vécus par plusieurs, selon M. Rochette.

Elle sensibilise ensuite les différents acteurs gouvernementaux et municipaux aux enjeux et préoccupations des commerçants. L’administration peut, en cas de besoin, créer un dialogue avec des acteurs tels que la ville-centre et le ministère des Transports.

Finalement, des solutions sont proposées, notamment en lien avec la pénurie de main-d’œuvre. Des ententes peuvent être réalisées avec des établissements d’enseignement collégial pour des stages d’entreprise, incluant les jeunes de la relève.

«Ce n’est pas un monde qui est toujours facile et on est là pour s’entraider, conclut le Lachinois. Le succès d’une communauté passe par l’implication de tout le monde.»

Avec le développement de la rue Notre-Dame et celui de Lachine-Est, plusieurs projets de commerces contribuent à la revitalisation du secteur. Les membres de la chambre sont présents pour les ouvertures et peuvent organiser des événements de visibilité.

Leurs formations sont généralement offertes sous forme de cocktails déjeuner

Expérience professionnelle
Pascal Rochette a été propriétaire d’une franchise de peintres étudiants pendant cinq ans, en plus d’étudier pour l’obtention de son diplôme en comptabilité à l’École des sciences de la gestion.

En 2016, il recevait le titre de membre de l’année de la Fédération des clubs d’affaires du Québec pour son implication en tant que trésorier.

Il travaille aujourd’hui depuis trois ans comme comptable professionnel agréé chez la firme Martin et Cie.