Actualités
15:00 5 mars 2021 | mise à jour le: 7 juin 2021 à 15:03 temps de lecture: 5 minutes

Les Grands requins blancs menacés

Les Grands requins blancs menacés
Photo: iStockLes Grands requins blancs sont affectées par les changements climatiques.

Des scientifiques ont récemment averti que la recherche d’eaux plus froides chez les requins met ces derniers, ainsi que des espèces en voie de disparition, en danger. Métro a enquêté sur la situation.

Les Grands requins blancs se déplacent de plus en plus vers des eaux plus froides en raison des changements climatiques, ce qui menace leur existence. C’est la conclusion à laquelle en est arrivée une recherche menée récemment en Californie, aux États-Unis, qui a confirmé la présence accrue de cette espèce vulnérable à des endroits où elle n’avait pas été observée jusque là.

Des Grands requins blancs juvéniles – qui sont traditionnellement concentrés dans les eaux au large du nord du Mexique et en Californie du sud – se sont déplacés vers le nord depuis 2014 alors que les températures marines se sont réchauffées, a démontré l’étude.

Des scientifiques de l’Aquarium de Monterey Bay, de l’Université Duke et de l’Université d’état, à Long Beach ont noté «qu’on trouve maintenant chaque année des douzaines de requins blancs juvéniles dans l’océan entre Manresa State Beach, à Aptos et New Brighton Beach, à Capitola».

«Ce déplacement géographique est significatif parce qu’il crée potentiellement des conflits avec les pêcheries commerciales, la conservation des espèces protégées et des problèmes de sécurité publique», ont expliqué les auteurs de l’étude au Nature journal.

En 2020, le laboratoire spécialisé dans l’étude des requins de l’Université d’État de Californie à Long Beach, a enregistré un nombre record de 53 Grands requins blancs au large des côtes du sud de la Californie.

Selon les chercheurs, cela démontre que les écosystèmes marins présentent des réalignements écologiques majeurs en réponse aux changements climatiques.

«Même si toutes les espèces sont influencées, un argument a été mis de l’avant, celui d’accorder la priorité à la mégafaune marine. Cela pourrait aider à augmenter le degré de préoccupation du public et l’engagement pour lutter contre les changements climatiques, concluent-ils. De telles avancées peuvent aussi servir à aider à comprendre les conséquences importantes du réchauffement rapide de notre océan sur les écosystèmes locaux, les communautés et les économies».

Statut de conservation – Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature, les Grands requins blancs sont «vulnérables». Ils sont susceptibles de devenir une espèce en voie de disparition si les circonstances ne s’améliorent pas.


Trois questions à…

Christopher G. Lowe, professeur en biologie marine et directeur du laboratoire dédié à l’étude des requins de l’Université d’État de Californie, à Long Beach

Parlez-moi de votre recherche.

Nous étudions les comportements des requins blancs juvéniles en Californie depuis environ 16 ans maintenant, en collaboration avec l’Aquarium de Monterey Bay. Notre but est de comprendre pourquoi ils utilisent les habitats de plages comme pépinières et ce qui les amènent à se déplacer vers d’autres sites par la suite.

Les nouveau-nés commencent à faire des apparitions au large des plages du sud de la Californie en avril lorsque les températures sont autour de 15-16 degrés Celsius, puis en automne, quand les températures plongent en-deçà de 14 degrés Celsius, ils ont tendance à migrer au sud vers Baja et y passeront l’hiver.

Cependant, en 2015 nos températures marines sont demeurées chaudes tout au long de l’hiver et aucun des requins que nous avons tracés n’a quitté les eaux du sud de la Californie.

Est-ce que cela se produit dans d’autres parties du monde, également ?

Oui, les requins blancs juvéniles sont connus pour effectuer ce genre de migration au large de la Nouvelle-Angleterre, du Mexique et de l’est de l’Australie.

Les requins blancs adultes, qui sont plus gros, sont en mesure de maintenir leur température corporelle de 5 à 12 degrés Celsius de plus que l’eau dans laquelle ils se trouvent. Toutefois, les bébés ont une masse corporelle qui est tout simplement trop petite pour conserver leur chaleur. On pense que c’est pourquoi les changements climatiques font en sorte qu’il y a une transition vers le nord des pépinières.

Quelle est la prochaine étape ?

Ça sera d’utiliser des véhicules sous-marins autonomes pour cartographier les conditions environnementales des sites de concentration des requins blancs juvéniles pour découvrir comment ils sélectionnent la température et la profondeur à laquelle ils vivent. Pour déterminer ce qu’ils mangent à l’intérieur de ces milieux et pouvoir établir quelles conditions les amènent à quitter ces sites pour d’autres.

Articles similaires