Soutenez

Santé: Québec solidaire propose la prise de rendez-vous au 811

Gabriel Nadeau-Dubois, coporte-parole de Québec solidaire, dehors entouré de militants.
Gabriel Nadeau-Dubois entouré de militants de Québec solidaire. Photo: Gracieuseté - Québec solidaire, montage Métro

Alors que libéraux et caquistes ont promis une baisse d’impôt ce lundi, une des premières mesures annoncées par Québec solidaire (QS) en ce premier lundi de campagne électorale concerne l’accès aux services de santé. Gabriel Nadeau-Dubois propose de modifier la ligne téléphone du 811 pour y permettre la prise de rendez-vous avec un professionnel de santé.

Rappelons qu’en 2021, seulement 67,9% de la population montréalaise avait accès à un médecin de famille. Cette proportion s’établit à 79,8% pour l’ensemble du Québec.

bannière élections québec 2022

Selon le parti, il faudrait faire du 811 un «vrai service de triage». Les infirmières au bout du fil auraient ainsi accès au dossier médical des patients. Elles pourraient ensuite rediriger les patients vers le service adéquat, et même prendre rendez-vous pour la personne malade.

«Je veux une porte d’entrée assez grande pour que tous les gens puissent passer», a déclaré M. Nadeau-Dubois lors d’un point de presse.

Le guichet d’accès à la première ligne, ce n’est pas pour tout le monde, considère-t-il. Plutôt que de faire appel à ce service, QS préfère miser sur Info-Santé et faire de ce service le point de contact universel pour tous les patients.

«[Les infirmières] peuvent donner un rendez-vous en un clic, pour une otite par exemple. […] On a développé pas mal d’expertise en télémédecine, et il y a des choses à améliorer dans le triage. Ça éviterait beaucoup de consultations inutiles», estime Isabelle Leblanc, médecin et candidate solidaire dans la circonscription de Mont-Royal–Outremont.

Renforcer les CLSC

«Avoir une médecin de famille, ça ne veut pas forcément dire que tu as accès à des soins de proximité», a souligné le porte-parole de QS.

Comme le parti l’avait déjà évoqué, il veut renforcer la place du service public en la matière. Les centres locaux de services communautaires (CLSC) seraient aussi placés au cœur du système de santé, sous un gouvernement solidaire.

«Il faut se sortir de cette religion du tout-au-médecin. Il faudrait mettre notamment fin à la gouvernance par Québec, décentraliser vers les régions pour donner de l’autonomie», confiait Vincent Marissal, député de Rosemont et porte-parole de Québec solidaire en matière de santé, lors d’une entrevue avec Métro la semaine dernière.

C’est un débat philosophique. Le gouvernement a fait le choix du privé, nous faisons celui du public.

Vincent Marissal, député de Rosemont et porte-parole de Québec solidaire en matière de santé

Dans le cadre d’un autre article de Métro, le Dr François Marquis, chef du service de soins intensifs de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, dans l’est de Montréal, indiquait en effet que le quota d’ambulances était bien supérieur aux réelles capacités de son service. Outre le renforcement des CLSC, il estime qu’il faudrait également investir pour rebâtir les hôpitaux publics.

Cela représenterait un investissement supplémentaire aux 500 M$ annoncés ce lundi par Québec solidaire pour financer ses mesures.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.