Monde
02:18 19 février 2018 | mise à jour le: 19 février 2018 à 09:51 Temps de lecture: 3 minutes

Trump déplore le temps passé par le FBI à enquêter sur la Russie

Trump déplore le temps passé par le FBI à enquêter sur la Russie
Photo: The Associated PressPresident Donald Trump walks from the Oval Office as he leaves the White House, Friday, Feb. 16, 2018, in Washington, for a trip to his private Mar-a-Lago resort in Florida. (AP Photo/Manuel Balce Ceneta)

Deux jours après l’inculpation de 13 ressortissants et trois entités russes par le procureur spécial Robert Mueller, Donald Trump a accusé le FBI d’avoir négligé les signaux d’alerte qui auraient pu empêcher la tuerie du lycée de Parkland à force de concentrer ses efforts sur le « Russiagate ». Il n’a fourni aucune preuve de dysfonctionnement lié aux deux dossiers.

Dans une série de tweets au cours du week-end, Donald Trump a jugé que la Russie était parvenue à son but de semer « la discorde, le désordre et le chaos aux États-Unis ». « Ils sont morts de rire à Moscou », a-t-il tweeté de sa résidence de Mar-a-Lago en Floride.

Il a également accusé son prédécesseur Barack Obama ne pas avoir suffisamment agi pour empêcher la Russie d’interférer dans les élections américaines et a attaqué la commission du Renseignement de la Chambre des représentants.

Le président américain a jugé que le FBI passait trop de temps à enquêter sur la Russie avant de lui reprocher d’être passé à côté des signes avant-coureurs de la fusillade qui a fait 17 morts mercredi dans un lycée de Floride.

« Très triste que le FBI soit passé à côté de tous les signaux envoyés par le tireur de l’école en Floride. Ce n’est pas acceptable », a écrit Donald Trump sur son compte Twitter.

« Ils passent trop de temps à tenter de prouver une collusion russe avec la campagne Trump – il n’y a pas de collusion. Revenez à l’essentiel et rendez-nous fiers », a ajouté le président américain.

L’ancienne numéro deux du ministère de la Justice, Sally Yates, s’est indignée de l’utilisation de cet argument, tout comme plusieurs élèves rescapés de la fusillade.

« COMMENT OSEZ-VOUS ? »

« Notre président utilise cette tragédie pour s’en prendre à l’enquête sur l’ingérence d’un adversaire étranger dans notre démocratie. Honteux », a écrit Sally Yates sur Twitter.

« Oh mon Dieu. 17 DE MES CAMARADES ET AMIS SONT MORTS ET VOUS AVEZ LE CULOT DE PARLER DE LA RUSSIE ???!! » a écrit une élève de 16 ans, Morgan Williams, sur Twitter en réponse à Trump. « SOYEZ MAUDIT. »

« Vous savez ce qui n’est pas acceptable? Accuser tout le monde hormis le tireur et l’absence de contrôle des armes à feu dans le pays », a tweeté une autre élève, Carly Novell. « Votre manque d’empathie prouve à quel point vous êtes une personne lamentable. »

« Vous êtes censé rassembler cette nation, non pas la diviser », a encore réagi sur NBC un élève de 18 ans, David Hogg. « Comment osez-vous ? »

Les rapports entre Donald Trump et le FBI sont très tendus depuis que le chef de la Maison blanche a autorisé au début du mois la publication d’une note confidentielle rédigée par la majorité républicaine accusant le FBI et le ministère de la Justice de parti pris à son encontre dans le cadre de l’enquête russe.

Réagissant à l’acte d’accusation dévoilé vendredi par le procureur spécial Robert Mueller, Donald Trump a réaffirmé qu’il n’existait aucun lien entre son équipe de campagne et la Russie.

Mais après avoir pendant des mois assuré que l’ingérence russe était un « canular » ou « une fausse information », le président américain a affirmé dans un des 13 tweets qu’il a envoyés à propos des inculpations « n’avoir jamais dit que la Russie n’était pas intervenue dans l’élection ».

Articles similaires