Montréal
23:40 15 mai 2017 | mise à jour le: 16 mai 2017 à 00:10

Pas de tarif d’électricité attribué aux bus électriques de la STM

Pas de tarif d’électricité attribué aux bus électriques de la STM
Photo: STMLe bus électrique de Nova Bus que testera la STM à partir de 2016.

Le tarif d’électricité qui sera imposé à la Société de transport de Montréal (STM) à la suite de la mise en service de trois bus électriques n’a pas encore été décidé.

Dans le cadre du projet Cité Mobilité, la STM fera rouler dès ce mois-ci trois bus électriques construits par Nova Bus sur la ligne 36-Monk. Elle a dû au préalable construire des chambres électriques aux extrémités de la ligne – au terminus Angrignon et au Square Victoria –, en plus d’y installer des pantographes pour assurer la recharge des piles de ces bus. Deux compteurs d’Hydro-Québec y ont aussi été disposés.

Ces bus électriques, dont les piles nécessitent une recharge rapide, sont les premiers du genre à être alimentés par le réseau d’Hydro-Québec. Le porte-parole de la société d’État, Louis-Olivier Batty, a expliqué que celle-ci a besoin «d’avoir des données pour savoir quel tarif utilisé».

Selon la consommation en électricité de ces trois bus et des appels de puissance, qui surviendront à la suite de la recharge successive des bus et qui nécessiteront des équipements supplémentaires s’ils sont fréquents, le nouveau tarif BR, créé le 1er avril dernier pour les véhicules électriques, ou le tarif commercial G9 sera attribué à la STM.

La STM ne reçoit pas une facture globale d’électricité, a mentionné lundi le directeur exécutif de l’ingénierie, de l’infrastructure et des projets majeurs de la STM, François Chamberland, à la suite d’une présentation du projet Cité Mobilité aux participants du sommet de l’Union internationale des transports publics.

«Chaque garage a un compteur, a-t-il dit. Si on construit un bâtiment sur le coin de la rue, il faut y mettre un compteur. Notre plus grosse installation, c’est au coin du boulevard Saint-Laurent et de la Métropolitaine. Il y a une entrée électrique qui alimente le métro, le garage et nos ateliers d’entretien.»

«Avec Cité Mobilité, on va avoir des données, a renchéri M. Chamberland. On va avoir un modèle. On pourra voir comment on va faire pour rentabiliser tout cela et pour que ça soit moins cher que les bus au diesel. C’est l’objectif.»

Le ministre de l’Énergie, Pierre Arcand, a manifesté l’automne dernier son intention de réviser des tarifs d’électricité des grands consommateurs. Il a pour ce faire demandé à la Régie de l’énergie du Québec de lui remettre un rapport sur la simplification des tarifs d’électricité. Celui-ci doit lui être fourni ce printemps.