Montréal

Baseball à Montréal: Bronfman voudrait commencer dans un nouveau stade

A crowd 0f 25,335 watch the spring training baseball game between the Toronto Blue Jays and the St. Louis Cardinals at Olympic Stadium Monday, March 26, 2018 in Montreal. THE CANADIAN PRESS/Ryan Remiorz Photo: Ryan Remiorz/La Presse canadienne
Frédéric Daigle, La Presse canadienne - La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Stephen Bronfman voudrait éviter le Stade olympique dans l’éventualité où son groupe obtiendrait une franchise du Baseball majeur.

«C’est le fun de toujours venir au Stade, a dit mardi celui qui est à la tête du groupe d’investisseurs montréalais souhaitant le retour des Expos. La MLB nous a déjà dit que le Stade olympique ça ne fonctionnera pas. J’aimerais vraiment mieux commencer à neuf dans un nouveau stade.»

Il s’agit d’une déclaration surprenante, étant donné que tout le monde s’imaginait que l’équipe commencerait à jouer au Stade olympique pendant la construction de son nouveau domicile. Mais Bronfman ajoute que l’idée ne vient pas que de lui.

«C’est pas mal le message que nous a passé le Baseball majeur.»

Pourtant du côté du circuit Manfred, la position n’a pas changé.

«Ce que nous avons toujours dit, c’est que nous ne retournerions pas à Montréal sans un plan ferme de construction de nouveau stade, incluant son financement», a déclaré un porte-parole de la MLB dans un courriel envoyé à La Presse canadienne.

Bronfman tient toutefois à rassurer la population: pas question de faire comme à Québec et de bâtir avant d’avoir un club.

«On ne fera pas un Kevin Costner: ‘If you build it, they will come’ (‘Si tu le bâtis, ils viendront’, en référence à Field of Dreams). On ne fera pas ça, nous n’avons pas l’argent pour faire ça. J’ai souvent dit que si le baseball 2.0 revient à Montréal, ce sera bien dirigé, ce sera pour longtemps.»

Pris entre son désir d’informer les amateurs de baseball et la confidentialité que nécessite ce genre de dossier, Bronfman, on le sent, n’a pas pu entièrement livrer le fond de sa pensée. Ça semblait le cas quand on a évoqué avec lui la situation de Tampa Bay.

«Ça va prendre du temps, a d’abord lancé Bronfman. Mais si la MLB nous dit qu’il y a une crise, qu’il faut que ça commence maintenant — ça peut arriver: ils nous ont dit que ça pourrait arriver très vite, alors il faut être prêts —, alors on a une place ici, on peut commencer.

Quant à la suggestion du président-directeur général de la Régie des installations olympiques, Michel Labrecque, d’utiliser le stade de l’avenue Pierre-de Coubertin en début de saison et dans l’éventualité d’une participation aux matchs éliminatoires, Bronfman s’est dit ouvert à tous les scénarios.

Un plan validé

S’il admet qu’il n’y a pas eu beaucoup de changements à la situation depuis un an, Bronfman affirme que son groupe a fait ses devoirs.

«Ce qui a changé depuis un an, c’est le plan d’affaires, qui est béton. On a mis les sous nécessaires pour travailler avec des firmes américaines, des consultants, des architectes, afin de vraiment faire valider notre plan. Nous nous sommes assurés que de notre côté, ce soit béton, car il y a beaucoup d’aspects qu’on ne gère pas.»

Il a aussi rappelé qu’il n’avait pas l’intention de demander de l’argent des contribuables montréalais, mais qu’il avait besoin «d’aide» de la part de la mairesse, Valérie Plante, qu’il rencontrera dans «quelques semaines».

«J’ai hâte de la rencontrer. Ce sont des conversations conviviales. Il faut que tous soient sur la même longueur d’ondes. (…) C’est un sport d’équipe. Tout le monde doit jouer son rôle. On n’a pas besoin des sous de la Ville de Montréal, mais on a besoin d’un peu d’aide.»

Dans un entretien accordé à RDS lundi, Bronfman a également déclaré qu’il avait un peu de lobbying à faire auprès de certains propriétaires du Baseball majeur à la suite de la fin houleuse des Expos, il y a une quinzaine d’années. Il dit que tout se passe bien de ce côté.

«(Les autres propriétaires) sont là pour donner leur appui. Je suis toujours en contact avec le commissaire. On fait notre plan de match tranquillement pas vite. C’est toujours un défi quand tu ne contrôles pas le produit.

«Je m’excuse: je raconte toujours la même histoire. Mais je veux dire au grand public que ça bouge. Je n’aime pas dire toujours la même chose, mais nous sommes positifs. Si ça fonctionne, ce sera bien géré. Nous avons un groupe qui est très représentatif de Montréal. Je suis fier de notre gang. Si on a une chance de faire revivre le baseball à Montréal, on va le faire.»

Finalement, il a aussi indiqué que le Baseball majeur était très au courant que Montréal souhaite accueillir des matchs de la saison régulière. Après cinq années de matchs préparatoires, il aimerait que, comme San Juan, à porto Rico, et Monterrey, au Mexique, cette saison, Montréal puisse accueillir de «vrais rencontres».

Articles récents du même sujet