Montréal

Le Centre d’histoire de Montréal fera peau neuve

Photo: Patrick Sicotte/Métro

Nouveau site trois fois plus grand, à deux pas de la place des Festivals, nouveau nom et vocation élargie: l’année 2021 sera l’année des grands changements pour le Centre d’histoire de Montréal.

Situé depuis ses débuts dans une ancienne caserne de pompiers patrimoniale du Vieux-Montréal, l’un des rares musées municipaux fête ses 35 ans cette année. Mais en 2021, il déménagera au premier étage du Carré Saint-Laurent, un important complexe actuellement en construction au coin du boulevard Saint-Laurent et de la rue Sainte-Catherine.

Selon les plans dévoilés lundi en conférence de presse, le musée qui occupera 23 840 pi2 de superficie comptera quatre espaces d’exposition, un café, une salle de diffusion pluridisciplinaire, où se mélangeront arts et histoire, un studio audiovisuel et un café.

Il changera aussi de nom pour devenir le MEM (Mémoire de l’ensemble des Montréalais). Si l’organisation muséale, à qui l’on doit plusieurs expositions emblématiques telles que Quartiers disparus ou Scandale!, travaille déjà à documenter l’histoire moderne de Montréal à travers des témoignages de citoyens, la Ville veut pousser l’expérience encore plus loin.

«On pourrait par exemple avoir un historien en résidence qui se chargerait de répondre aux questions des Montréalais, ou donner accès à nos archives audiovisuelles. On va aussi se pencher sur des sujets actuels comme la rénovation de Turcot ou l’agriculture urbaine, en regardant ce qui s’est fait dans le passé pour mieux se projeter dans le futur, avec toujours comme fil conducteur l’humain et l’identité urbaine», a souligné Jean-François Leclerc, directeur du musée.

«C’est un beau clin d’œil que le musée se retrouve dans le Carré Saint-Laurent à la jonction de deux artères historiques de Montréal ainsi que dans un édifice qui accueillera aussi les bureaux du ministère de l’Immigration», a souligné le promoteur du projet Christian Yaccarini.

À lui-seul, le futur loyer du MEM, soit 1,8M$, sera plus élevé que le modeste budget 2017 du Centre d’histoire qui compte actuellement une dizaine d’employés et des heures d’ouverture moins étendues.

Une mue trop importante pourrait-elle nuire à la pérennité du musée comme ce fut le cas par exemple pour la radio CIBL, juste en face? «La transition sera un défi, on en est très conscient. On va y travailler activement avec les services de la Ville, mais on veut garder notre esprit actuel de “petit géant” qui fait beaucoup avec les moyens qu’on lui donne. Les outils technologiques seront une nouveauté qui y contribuera», a ajouté M. Leclerc en précisant que ce sera à la Ville de déterminer l’enveloppe financière qui sera allouée.

En attendant, la Ville lancera le 29 août un concours pluridisciplinaire pour concevoir l’aménagement du MEM. «Avec la construction de l’îlot Clark qui prévoit une patinoire extérieure l’hiver et une terrasse verdie l’été, ce nouveau voisin contribuera à donner un nouveau souffle au secteur est du quartier des spectacles», a lancé la mairesse Valérie Plante.

Comme le Centre d’histoire de Montréal sera fermé durant plus d’une année, un musée sur quatre roues, le MEM Mobile, sillonnera les rues de Montréal pour aller à la rencontre notamment des écoliers, très friands de l’institution.

Articles récents du même sujet