Montréal

Attention au déneigement de l’auto après une tempête

Attention au déneigement de l’auto après une tempête
Photo: Josie Desmarais/Métro

En mars 2017, quatre automobilistes intoxiqués au monoxyde de carbone sont morts à Montréal après avoir déneigé leur véhicule. Pour éviter que ce genre de trépas ne se reproduise, la Direction de la santé publique (DSP) prépare une nouvelle campagne de communication.

C’est ce qui ressort des informations fournies à Métro par la DSP, qui répond ainsi à la recommandation d’un coroner.

À la suite d’une tempête de neige, qui avait laissé quelque 50 centimètres de neige sur Montréal en mars 2017, toutes les victimes avaient comme point commun d’avoir allumé le moteur de leur véhicule avant de déneiger celui-ci. Le pot d’échappement était obstrué par la neige. Le temps qu’elles aient terminé de déneiger leur voiture, le gaz inodore s’était accumulé sous l’auto avant d’envahir l’habitacle. Faute d’aération, la mort est survenue quelques minutes après que l’automobiliste eut réintégré son véhicule.

«Il n’est pas facile de détecter une telle intoxication. En effet, les symptômes qui précèdent la perte de conscience, puis la mort, sont le mal de tête ou la nausée, qui peuvent aussi bien être attribués à une migraine ou une indigestion», mentionne le Dr Maxime Roy, médecin-conseil à la Direction de la santé publique de Montréal (DSP).

Un test réalisé dans une voiture enneigée a montré que le monoxyde de carbone s’accumule très rapidement dans l’habitacle après le démarrage. En moins d’une minute, le monoxyde de carbone atteint une concentration dangereuse pour la vie ou la santé. «Le manque d’oxygénation du cerveau peut aussi entraîner à moyen et long terme des atteintes d’ordre neurocognitif, comme les troubles de la concentration ou de l’équilibre ou des problèmes d’humeur», explique le médecin de la DSP.

Pendant une tempête au cours de laquelle 20 centimètres de neige s’accumulent, les risques augmentent, car cela correspond généralement à la hauteur du pot d’échappement. Les risques sont accrus pour les automobiles garées en bordure de rue, car à cela, s’ajoute la neige poussée sur le côté par les engins de déblaiement.

S’il n’y a pas de statistiques précises, la victime est généralement un homme âgé de plus de 50 ans, qui est rentré se reposer dans sa voiture à mi-chemin de l’opération de déneigement, alors qu’il avait, au préalable, démarrée celle-ci pour réchauffer l’habitacle. C’est du moins les hypothèses qui ressortent des différents rapports d’investigation de coroners consultés par Métro. Si on ajoute les deux morts enregistrées à Brossard et Longueuil à la suite de la même tempête, les six personnes étaient toutes des hommes âgés de 59 à 89 ans.

Trois des quatre victimes ayant succombé à Montréal ont été autopsiées par le coroner Paul G. Dionne, qui recommande au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal «de continuer et d’intensifier sa sensibilisation du public» en «insistant davantage sur les risques d’intoxication par les gaz d’échappement des véhicules à moteur». Justin Meloche, porte-parole de la DSP, indique qu’une vidéo de sensibilisation sera lancée dans quelques semaines.

«Lors de cette même tempête, on a aussi eu quatre cas d’intoxication mais heureusement sans décès. [Il s’agissait] d’enfants qui étaient dans l’auto allumée de leur parents le temps qu’elle soit déneigée», mentionne M. Roy.

Sur les 80 intoxications accidentelles au monoxyde de carbone enregistrées à Montréal depuis 2008 (excluant celles en milieu professionnel et lors d’incendies), 26 étaient liées à des véhicules à moteur. Les appareils de chauffage (39 cas) et les outils à moteur (15 cas) sont les deux autres grandes causes d’intoxication.