Actualités

78 nouveaux logements abordables dans Ahuntsic-Cartierville

78 nouveaux logements abordables dans Ahuntsic-Cartierville
Photo by: La Presse canadienneColin Perkel / La Presse Canadienne

Ottawa a allongé mardi une somme de 12,8M$ pour la construction de 78 logements «sûrs et abordables» dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

Le ministre de la Famille, Jean-Yves Duclos, en a fait l’annonce ce matin sur la rue Lachapelle. La Société de gestion Querbes (SGQ) est derrière ce nouveau projet d’habitation nommé Première Porte, dont les coûts sont estimés à un peu plus de 16M$.

Ce nouveau milieu de vie comportera des logements pour «des familles et des personnes seules, dont des nouveaux arrivants», a avancé la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), dans une déclaration écrite.

D’après l’organisation, les occupants «bénéficieront également de services de soutien» dans leur processus d’intégration au Canada, de concert avec le Regroupement des organismes du Montréal ethnique pour le logement (ROMEL).

Fondés en 1986, le ROMEL et la SGQ ont pour mandat de faciliter l’accès des communautés culturelles au logement, en mettant sur pied des maisons d’hébergement par exemple. Le groupe se donne comme objectif de fournir rapidement un logement aux nouveaux arrivants pour que ceux-ci «puissent se concentrer [sur d’autres priorités] afin de s’établir dans leur nouveau pays».

«Si l’intégration est la clé de la participation à la société et de l’épanouissement, le logement est la clé de l’intégration. C’est un rêve qui va se réaliser grâce à cet appui, le rêve de pouvoir accueillir des nouveaux arrivants dans des logements salubres et à prix abordables et leur donner la chance de se lancer […] sur une base solide.» – Mazen Houdeib, directeur général du ROMEL et de la SGQ.

Économies d’énergie
Avec ce nouvel immeuble, les organismes projettent d’atteindre des économies d’énergie «de plus de 26%» et de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’environ 26,9% dans le secteur.

Le projet prévoit «qu’au moins 24 logements seront abordables», c’est-à-dire que le prix de leur loyer ne surpassera pas 80% du prix médian sur le marché du logement de Montréal.

L’investissement d’Ottawa est principalement financé par le Fonds national de co-investissement pour le logement (FNCIL), créé en mai dernier par le gouvernement Trudeau. Ce dernier se targue d’avoir créé «le plus important programme du genre dans l’histoire du Canada».

Mardi, Première Porte a été le premier projet communautaire – avec deux autres en Alberta et en Ontario – à recevoir des fonds du FNCIL, qui dispose d’un budget global de 13,2G$.

D’ici 10 ans, Ottawa prévoit la construction de «jusqu’à 60 000 logements abordables» et la réparation d’environ 240 000 autres logements communautaires au pays, grâce à ce fonds. Cela inclut des refuges pour victimes de violence familiale, des résidences pour aînés et des centres pour personnes aux prises avec des déficiences développementales.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *