Montréal

Dix bornes de recharge rapide de plus à Montréal d’ici le début de l’été 2019

Dix bornes de recharge rapide de plus à Montréal d’ici le début de l’été 2019
Photo: Denis Germain/Métro

Hydro-Québec installera dix bornes de recharge rapide sur l’île de Montréal d’ici la fin du printemps, de même que huit à Laval et deux à Longueuil.

C’est ce qu’a annoncé mercredi, la société d’État en marge du Salon de l’auto de Montréal. Ces bornes seront installées à Rosemont, LaSalle, Pointe-aux-Trembles et Beaconsfiled. Les lieux exacts restent à préciser.

En tout, 122 de ces bornes qui seront déployées en 2019 au Québec. La société d’État compte notamment densifier son réseau le long des autoroutes 20 et 40, où elle a remarqué des files d’attente les vendredis et samedis, en soirée.

Cette nouvelle génération de borne, qui coûte 80 000$ (installation comprise,) permet de recharger les batteries à 80% en 30 minutes. «La recharge rapide permet de faire des trajets de plus de 100km sans perdre de temps lors de la recharge, contribuant ainsi à faire grimper les ventes de véhicules électriques», a déclaré France Lampron, directrice Électrification des transports chez Hydro-Québec.

À l’heure actuelle, le Circuit électrique compte 1700 bornes de recharge électrique, dont 168 bornes de recharge rapide. Hydro-Québec s’est donné comme objectif l’an dernier de déployer 1600 bornes de recharge rapide dans l’ensemble du Québec au cours des dix prochaines années.

Toutefois, certains experts, comme Pierre-Olivier Pineau de la Chaire en gestion de l’énergie d’HEC-Montréal, clament que ce n’est pas à la société d’État de dépenser plus de 120M$ pour établir un réseau de bornes de recharge rapide. Ils craignent qu’Hydro-Québec ne veuille en contrepartie de ces investissements hausser le prix de l’électricité.

La société d’État rétorque que ce déploiement se fera «sans impact sur les tarifs d’électricité». Selon les documents déposés devant la Régie de l’énergie, si les quatre premières années du déploiement seront déficitaires, au final les gains seraient de l’ordre de 27M$ sur 10 ans.

À elles seules les bornes de recharge rapide ne seront pas rentables, mais comme elles contribuent à rassurer les clients potentiels, elles pourraient être responsables d’une hausse de 30% à 50% des ventes d’autos électriques, selon les hypothèses contrevérifiées d’Hydro-Québec. Cette hausse des ventes d’autos fera parallèlement augmenter les ventes d’électricité à domicile, rendant dès 2022, le projet rentable.

Pour étendre ainsi le Circuit électrique, Hydro-Québec pourra aussi compter sur une subvention fédérale de 5M$. La ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, qui était à Montréal pour l’occasion, a déclaré qu’Ottawa présentera bientôt son plan d’électrification des transports. Le Canada vise qu’en 2040, 100% des autos vendues soient électriques.

Actuellement, 40% des 100 000 véhicules électriques (VÉ) roulant au Canada sont immatriculés au Québec. Dans la province, il s’est vendu en 2018 environ 18 000 VÉ (véhicules entièrement électriques et véhicules hybrides rechargeables), rendant la cible gouvernementale (100 000 véhicules en 2020) désormais atteignable.

«Il faudrait toutefois mettre plus de pression sur certains détaillants qui rechignent encore à proposer des véhicules électriques, car ces derniers rapportent moins ensuite en frais de maintenance que les véhicules à essence», a mentionné Frédéric Gemme, membre de l’Association des véhicules électriques du Québec.