Montréal

Piétons et cyclistes exigent l’accès au pont Jacques-Cartier toute l’année

Piétons et cyclistes exigent l’accès au pont Jacques-Cartier toute l’année
Photo by: Pablo A. OrtizPhoto: Pablo Ortiz/Métro

Une vingtaine de manifestants se sont rassemblés au parc des Vétérans afin de demander l’accès à la piste et au trottoir du pont Jacques-Cartier pendant la saison hivernale pour les piétons et les cyclistes.

«Ça fait près de 25 ans qu’il y a des gens qui manifestent pour que la piste soit ouverte, a expliqué le porte-parole de l’Association des piétons et cyclistes du pont Jacques-Cartier, Mike Muchnik, dimanche matin. On commence à en avoir pas mal ras-le-bol.»

L’association réclame à la Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain (PJCCI) de lever l’interdiction de marcher ou de rouler, jugeant discriminatoire le traitement réservé aux piétons et aux cyclistes. Siégeant sur le Comité consultatif sur le réseau cyclable du pont Jacques-Cartier, M. Muchnik a déploré que l’association ne soit jamais consultée. «C’est plutôt un comité où on est informés de leurs décisions.»

«On a demandé à ce que la piste soit ouverte quand les conditions le permettraient, mais ça a été refusé haut la main. Par exemple, en ce moment, la piste est sèche à environ 85%, il n’y a aucune raison pour laquelle elle devrait être fermée», a indiqué M. Muchnik.

 

Un projet pilote mis en place par la Société à l’hiver 2017-2018 n’avait pas permis de trouver de solutions viables pour le déneigement et pour la sécurité de ses usagers. «PJCCI a déployé beaucoup d’effort afin de trouver des solutions qui permettraient d’acquiescer à la demande des usagers cyclistes […]. Par contre, le projet pilote n’a pas été assez concluant pour permettre l’exploitation sécuritaire de la piste multifonctionnelle cet hiver», avait alors expliqué la directrice principale, Projets et Construction à PJCCI, Catherine Tremblay.

Selon l’association, l’argumentaire de la Société est non fondé. «On nous parle de glace noire, mais personnellement, je n’en ai jamais vu en près d’une centaine de traversées. On nous parle de chute de glace, et ça non plus, je n’en ai jamais vu. Et nos membres non plus», a illustré le porte-parole.

Il soupçonne que la véritable raison de ce refus de la Société est plutôt la peur d’une poursuite. «Il y a toujours des gens qui vont vouloir poursuivre, mais ce n’est pas une raison pour empêcher tout le monde d’utiliser la piste.» Il fait le parallèle avec les trottoirs et les rues de Montréal, qui sont glacés en ce moment. Or, «il n’y a pas de règlementation pour empêcher les gens de sortir», a-t-il déploré.

Métro n’a pu joindre La Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain.

Commentaires 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • martin rioux

    tant qu’à moi, ils devraient l’ouvrir à l’année longue pour que les cyclistes arrête de manisfesté et quand il y en aura un qui ce blesse ou meurt à cause d’une chute de glace ou qu’il glisse sur un patch de glace noir, qu’ils viennent pas blamé l’association car ils ont été avertit.

  • Lea Kim

    Excellente initiative. C’est hallucinant d’apprendre qu’en 2019 il y a de la ségrégation dans les déplacements. Pourquoi empêcher les citoyens de Montréal et de Longueuil de traverser alors que les espaces pour le faire sont là? Alors que les élus martèlent l’importance d’encourager les déplacements actifs, pourquoi ne pas encourager ces comportements? C’est inadmissible de bloquer les accès ainsi!

  • Michel L.B.

    La province au complet est coupé en deux par le fleuve st-laurent. Ont à mit d’innombrables MILLIARDS DOLLARS pour le traverser d’une multitude de façons à une multitude d’endroits. Avec un nombre (peut-être insuffisant selon certains) de ponts autoroutiers. Pourtant le seul et unique trottoir de toute la région de Montréal qui permet de librement circuler dans un pays « libre » est patrouillé par la SQ comme une frontière anti-migrant. Le ministère des transports pourrait consacrer une minuscule fraction de ses fonds pour prendre ses responsabilités et offrir UNE option de circulation libre et gratuite. Pi je parle pas de traverser une rivière dans le fond du bois. Nous sommes en pleine ville où des milliers de personnes vivent et travaillent de part et d’autre du fleuve.

  • D. Lacombe

    Si ce n’était que de moi, la circulation à vélo serait interdite en hiver!!!
    Quel gaspillage de fonds publics pour le déneigement des pistes cyclables. Non seulement la piste cyclable devant chez moi est impraticable mais les trottoirs sont dangereux, les espaces de stationnement gênent la circulation automobile et les entrées privées sont difficiles d’accès!
    J’ai déjà hâte aux élections municipales!
    Bye bye Plante!