Montréal

Les travaux à la bibliothèque Saint-Sulpice devraient être lancés à l’automne

Les travaux à la bibliothèque Saint-Sulpice devraient être lancés à l’automne
Photo: Josie DesmaraisLa bibliothèque Saint-Sulpice abritera une bibliothèque d’innovation et un laboratoire de création à la fine pointe de la technologie.

Après plusieurs reports, le chantier à la bibliothèque Saint-Sulpice devrait s’amorcer à l’automne. La Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) espère compléter les travaux en 2021.

Présentement «en pause», le projet vise à transformer le bâtiment en une bibliothèque d’innovation, abritant un laboratoire de création à la fine pointe de la technologie. Un appel d’offres a été lancé en 2018, mais les résultats n’étaient pas «ceux espérés», selon la directrice générale de la Grande Bibliothèque, Danielle Chagnon. Initialement, la nouvelle bibliothèque Saint-Sulpice devait voir le jour au printemps 2019.

«Un comité technique est en train de faire une évaluation pour la valeur du projet, évalué au départ à 24M$, dans le marché actuel», a expliqué Mme Chagnon.

Afin de faire progresser le projet le plus rapidement possible, un travail de planification a déjà été fait en amont. BAnQ a collaboré avec un comité d’idéation, composé de jeunes et moins jeunes, pour que le projet soit le plus «pertinent possible».

Un travail a également été fait avec le Conseil du patrimoine pour que le bâtiment, ouvert en 1915 et classé patrimonial depuis 1988, soit remis en état tout en gardant son cachet original.

Trois volets
Le projet de la nouvelle bibliothèque Saint-Sulpice se déploiera en trois volets : un laboratoire numérique et de création, un espace d’inclusion sociale ainsi qu’un espace pour les jeunes.

«On a une composante adolescente assez forte, mais l’édifice sera ouvert à tous. On mise sur l’intergénérationnel, l’entraide», a mentionné le directeur des services jeunesse et de l’expérimentation média à la BAnQ, Benoit Migneault.

Au sous-sol, l’ancien auditorium accueillera un laboratoire de fabrication, avec des métiers d’art, une imprimante 3D, la robotique, la numérisation et la découpe laser. Il y aura aussi des studios d’enregistrement et un espace à fonction sociale pour les organismes.

La salle de lecture du premier étage deviendra une salle de travail numérique, avec des tables et des «boîtes connectées», soit des lieux de création fermés permettant aux usagers d’expérimenter avec l’équipement technologique.

Les anciens cabinets de recherche se transformeront en espaces de travail pour les travaux de groupe, dont certains seront réservés aux adolescents. On retrouvera aussi un coin pour la réalité virtuelle et les jeux vidéos.

À l’extérieur, la cour, d’une superficie de 1000 mètres carrés, sera aménagée pour accueillir d’autres boîtes connectées, mais aussi un espace de théâtre en plein air.

«Ce qu’on veut faire, c’est s’adresser à des publics qui ont besoin de ces outils, qui ont besoin de comprendre comment se les approprier et comment créer avec eux», a mentionné Danielle Chagnon.

Historique
Lors de son ouverture, en 1915, la bibliothèque Saint-Sulpice était la plus importante bibliothèque francophone de Montréal, abritant quelque 200 000 livres. Novatrice, elle est la première bibliothèque francophone de la province recourant à un système de fiches plutôt qu’aux volumes imprimés pour répertorier les collections.

Les difficultés financières ont fait en sorte que la bibliothèque a fermé ses portes une première fois en 1937, puis finalement en 2005, alors que le bâtiment ne suffisait plus aux besoins croissants de la Bibliothèque nationale du Québec, créée en 1967. L’ensemble des collections a été transféré pour l’inauguration de la Grande Bibliothèque.

En janvier 2016, BAnQ a reçu le mandat de la part du ministère de la Culture et des Communications du Québec et de la Ville de Montréal de faire revivre la bibliothèque Saint-Sulpice. Elle avait auparavant été mis en vente, ce qui avait suscité la colère de citoyens.

This slideshow requires JavaScript.