Montréal

Financement du tramway de Québec: Montréal prête à contribuer en échange d’un «bon deal»

Financement du tramway de Québec: Montréal prête à contribuer en échange d’un «bon deal»
Photo: Josie Desmarais/MétroLa mairesse de Montréal Valérie Plante

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, s’est montrée ouverte mercredi à ce que la métropole abandonne une partie des fonds fédéraux en infrastructures lui revenant afin de financer le projet de tramway de Québec, à condition que le gouvernement Legault lui présente «un très bon deal».

«Si le gouvernement est prêt à nous faire une proposition intéressante, on va l’étudier», a déclaré Mme Plante mercredi lors d’un point de presse tenu dans l’édifice Lucien-Saulnier. 

L’impasse perdure dans le financement du projet de tramway du maire de Québec, Régis Labeaume, alors qu’un montant de 800 M$ de la part d’Ottawa est manquant afin que sa participation atteigne le montant de 1,2 G$ espéré.

Désirant dénouer cet enjeu rapidement, le premier ministre François Legault entendrait convaincre la Ville de Montréal d’accepter d’abandonner une partie des sommes lui étant réservées dans le Programme fédéral des infrastructures, qui prévoit un financement de 5,2 G$ sur 10 ans pour le transport en commun dans la province, selon plusieurs médias. Puisque ce montant est réparti selon des critères basés notamment sur l’achalandage et la population, la part du lion de cette entente bilatérale revient théoriquement à la métropole.

«Le gouvernement souhaite étudier cette avenue-là, mais encore une fois, il faut que ce soit un très bon deal», a renchéri Mme Plante, qui a rappelé que «les besoins sont énormes» en matière de transport collectif dans la métropole. 

«Je ne serai pas gênée de dire qu’à Montréal, les critères d’achalandage correspondent à notre réalité. La moitié de la population du Québec est dans la grande région métropolitaine et, encore une fois, j’ai assez de projets sur ma liste pour utiliser l’entièreté de ma somme», a-t-elle affirmé.  

Parmi les projets de transport en commun en cours dans la métropole, il y a notamment le prolongement de la ligne bleue jusqu’à Anjou, prévu pour 2026, de même que le système rapide par bus sur le boulevard Pie-IX et le Réseau express métropolitain.

Mme Plante ne démord d’ailleurs pas de son projet de ligne rose du métro, qui relierait Montréal-Nord à Lachine, actuellement étudié par l’Autorité régionale de transport métropolitain.

«Je ne suis pas dogmatique, ni sur la couleur ni sur la technologie, mais il faut réaliser qu’il y a un réel problème et qu’il faut trouver de réelles solutions pour que le métro, le coeur du réseau de transport collectif de Montréal, continue d’être très fort.» -Valérie Plante, mairesse de Montréal

Le réseau structurant de Québec, qui comprendra entre autres des circuits de tramway et de trambus, est évalué à 3,3 G$, dont une somme de 1,8 G$ sera assumé par le gouvernement Legault et 300 M$ par la Ville de Québec.

«Abandonner» 800 M$
Le chef d’Ensemble Montréal, qui a déjà demandé à Mme Plante lors de la séance du conseil municipal du mois d’avril de s’opposer à cette demande de Québec, s’est montré surpris de voir la mairesse de Montréal prête à «abandonner» cette somme.

«Je pense que ce qu’on peut constater, c’est que les Montréalais vont perdre 800 M$ de fonds pour la mobilité [dans une entente] négociée par la mairesse de la mobilité», a-t-il déploré en mêlée de presse.