Montréal

Le SPVM appelle à la prudence devant les «déménageurs malhonnêtes»

Le SPVM appelle à la prudence devant les «déménageurs malhonnêtes»
Photo: IStock/Photos

Alors que les Montréalais font leurs dernières boîtes en vue de la saison du déménagement, au début juillet, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) appelle à la vigilance aux déménageurs qui offrent des prix modiques à première vue pour ensuite demander une forte somme lors du déménagement.

Selon le service de police, ces escrocs trouvent souvent leurs victimes «sur les sites de petites annonces». «Ils proposent un bas prix, affirment qu’il n’y a aucuns frais surprises et que tout est inclus», maintient le communiqué diffusé jeudi par le SPVM.

Ces déménageurs ont tendance à ne demander qu’un contrat verbal. Une pratique suspecte, avance le porte-parole au SPVM Manuel Couture, parce qu’il est ensuite impossible de départager la personne disant la vérité de celle qui ment si les prix s’avèrent plus élevés que prévus.

«Le jour du déménagement, lorsqu’ils arrivent chez leurs victimes, ils présentent un contrat contenant des clauses non prévues et accumulant les frais additionnels. Ils mettent de la pression pour le faire signer à défaut de quoi les victimes se retrouveront sans déménageur», peut-on lire dans la dépêche du service de police.

Pour éviter ce type d’incident, qui ne peut pas être réglé comme un acte criminel, la police invite les clients à obtenir une estimation écrite des coûts. Le SPVM précise que les offres «trop belles pour être vraies» devraient éveiller un doute chez le consommateur.

«Les entreprises légitimes enverront des représentants pour évaluer les besoins, s’assurant ainsi que la soumission est détaillée et complète. C’est l’occasion de s’informer des frais additionnels applicables et de poser ses questions», avance le communiqué.

Le SPVM invite aussi les clients à demander la soumission et le contrat détaillés par écrit avant le jour du déménagement.