Montréal

Pénurie de main-d’oeuvre: Québec allonge 1,5 M$ pour Montréal

Pénurie de main-d’oeuvre: Québec allonge 1,5 M$ pour Montréal
Photo: Paul Chiasson/La Presse canadienneLe ministre du Travail du Québec Jean Boulet

Le gouvernement du Québec allonge près de 1,5 M$ pour épauler l’organisme PME MTL alors que de nombreux employeurs connaisse une pénurie de main-d’oeuvre.

Ce montant vise à financer les activités du réseau d’accompagnement des entreprises de Montréal jusqu’en 2020.

«C’est toujours une grande fierté de constater la mobilisation de nos précieux partenaires du marché du travail pour trouver des solutions à une réalité commune partout au Québec: la rareté de la main-d’œuvre», a déclaré par voie de communiqué lundi le ministre du Travail, Jean Boulet.

Les six bureaux de PME MTL, situés aux quatre coins de l’agglomération, aident les petites entreprises à financer leurs projets et à recruter des employés.

En décembre 2018, la Ville de Montréal a d’ailleurs investi 33 M$ pour soutenir ce réseau d’aide aux entreprises. Ce dernier a été créé en 2015 afin de remplacer les 18 centres locaux de développement qui oeuvraient auparavant sur le territoire de la métropole.

Postes vacants

Le nombre de postes vacants a grimpé en flèche dans les dernières années dans certaines régions de la province. Cette situation situation est notamment attribuable au vieillissement de la population.

À la fin de l’année 2018, près de 120 000 postes étaient à combler au Québec, dont près de 40 000 à Montréal, selon une analyse de Desjardins.

Les principaux secteurs où la pénurie de main-d’oeuvre se fait sentir comprennent l’industrie manufacturière, l’hébergement et la restauration de même que le commerce de détail et le réseau de la santé.

Dans ce contexte, PME MTL devient un outil important pour les entreprises en quête d’employés. Selon le gouvernement Legault, le financement accordé lundi devrait faciliter l’intégration au marché du travail de 1700 personnes à Montréal.

Employés anglophones

L’annonce a eu lieu dans l’ouest de l’île, qui compte une importante communauté anglophone. Le ministre Boulet a d’ailleurs tenu à rappeler que les services offerts par PME MTL s’adressent également aux Montréalais d’«expression anglaise», qui peuvent avoir plus de difficultés à se trouver un emploi.

À l’échelle provinciale, 310 500 personnes connaissent seulement l’anglais, ce qui représente 4,7% de la population.