Montréal

Vélos JUMP: environ 1200 «avertissements» donnés aux usagers depuis juin

Vélos JUMP: environ 1200 «avertissements» donnés aux usagers depuis juin
Photo: Zacharie Goudreault/MétroQuelque 500 vélos JUMP se trouvent dans les rues de Montréal

Uber semble plus punitive que Lime auprès de ses usagers à Montréal. Environ 1200 usagers des vélos à assistance électriques JUMP ont reçu des «avertissements» de l’entreprise depuis son arrivée en juin dernier. De ce nombre, les récidivistes ont dû débourser 25$, certains ayant même «perdu l’accès» à la location des bicyclettes.

C’est du moins ce que révèle un «récapitulatif des tendances estivales» publié jeudi par le géant américain.

Mercredi, Lime avouait pour sa part n’avoir appliqué aucune sanction monétaire jusqu’ici aux usagers de ses trottinettes électriques.

Le groupe a également refusé de chiffrer le nombre de trajets réalisés depuis la mi-août. Les problèmes de stationnement de ces engins ferait aussi l’objet de discussions «sérieuses» avec la Ville de Montréal.

«Lime a une stratégie différente. On remarque, dans le cas de JUMP, qu’il y a une amélioration du respect de notre règlement. Dans le cas de Lime, cette amélioration est beaucoup moins bonne», a d’ailleurs déclaré vendredi lors d’un point de presse le responsable de la mobilité au comité exécutif, Éric Alan Caldwell.

Montréal a annoncé vendredi qu’elle modifiera le règlement encadrant les trottinettes électriques de Lime. L’objectif: punir plus facilement l’entreprise et ses clients lorsque les engins sont mal garés.

Les deux opérateurs conviennent de la nécessité de distribuer gratuitement des casques à ses usagers si leur licence est renouvelée à Montréal.

Des «courts trajets»

Les vélos JUMP, présents jusqu’ici dans neuf arrondissements sur l’île de Montréal, seraient le plus souvent utilisés «pour des courts trajets», lit-on dans le document administratif. Pour cause, environ 80% des courses effectuées n’ont demandé que 20 minutes ou moins.

Chaque vélo serait toutefois utilisé «au moins quatre fois par jour» en moyenne. Dans les arrondissements centraux, ce nombre peut même aller jusqu’à 10 trajets quotidiens, d’après l’entreprise.

JUMP soulève également que 84% des utilisateurs de ses «vélos rouges» étaient Montréalais, démontrant selon l’entreprise que «les habitants de la ville voient déjà la valeur de l’ajout […] dans leurs options de transport». Le reste des usagers seraient surtout des touristes.

«Ces résultats reflètent l’enthousiasme des Montréalais pour les nouveaux vélos électriques et réaffirment la pertinence de l’introduction de ce mode de transport dans le paysage urbain montréalais.» -Le responsable des opérations JUMP à Montréal, Tom Kasprzycki, dans un communiqué.

Le porte-parole dit avoir la ferme intention «de continuer à travailler en étroite collaboration avec la Ville pour s’assurer que tous les cyclistes connaissent et respectent les règlements concernant le stationnement local et le port du casque».

Sans surprise, ce sont les secteurs du centre-ville et du Vieux-Port qui ont le plus attiré d’utilisateurs des vélos JUMP. Fait intéressant: c’est toutefois le mont Royal qui en aurait reçu le moins, son ascension étant très difficile à vélo. Seules 400 personnes se sont prêtées à l’exercice depuis deux mois.

À Montréal, le record à battre de trajets effectués par un seul et même usager serait de 161. Le vélo le plus utilisé a quant à lui effectué 272 trajets et plus de 900 kilomètres.