Montréal

Acheteurs étrangers: la taxe promise par Justin Trudeau bénéficierait à Montréal

Acheteurs étrangers: la taxe promise par Justin Trudeau bénéficierait à Montréal
Photo: Paul Chiasson / La Presse CanadienneLe marché immobilier montréalais en effervescence

La taxe de 1% sur les acheteurs étrangers proposée par le premier ministre Justin Trudeau pourrait contribuer à contrer la spéculation immobilière à Montréal, selon des experts.

S’il est élu le 21 octobre, le chef du Parti libéral du Canada promet d’imposer une taxe annuelle de 1% sur les acquisitions de propriétés effectuées par des étrangers non-résidants.

«Le plus gros problème qu’on essaie d’enrayer, ce sont les personnes qui achètent des appartements pour les laisser vides et les revendre [quelques années plus tard]», explique à Métro le directeur général de Royal LePage Village et courtier immobilier, Georges Gaucher.

Depuis l’an dernier, la Colombie-Britannique impose une taxe de 2% aux étrangers qui possèdent des propriétés dans certaines régions urbaines de la province sans y demeurer. L’Ontario applique pour sa part une taxe ponctuelle de 15% sur les propriétés acquises par des étrangers dans la grande région de Toronto.

«Quand une province met en place une taxe, les acheteurs vont ailleurs et recrée le même genre de bulle [immobilière]», a soulevé M. Gaucher.

Plus d’acheteurs étrangers

Le nombre d’acheteurs étrangers a d’ailleurs augmenté à Montréal à la suite des mesures prises dans ces deux provinces.

«Il y a eu un certain déplacement de la demande. On a eu des hausses du nombre d’acheteurs étrangers à Montréal», a souligné à Métro l’économiste Joanie Fontaine, de JLR Solutions foncières. 

Selon un récent rapport de la firme, le nombre d’acquéreurs étrangers sur le marché immobilier montréalais a grimpé de 21% entre 2017 et 2018.

Des données de Royal Lepage indiquent par ailleurs que la part occupée par les acheteurs étrangers dans le marché immobilier de la métropole, qui était de moins de 2% il y a quelques années, a atteint 3,4% en avril 2018.

En parallèle, la valeur moyenne des propriétés a grimpé de près de 14% dans l’agglomération de Montréal dans les dernières années, comme l’indiquent les derniers rôles d’évaluation foncière.

«Il y a une croissance sur les prix, mais c’est une croissance qui est saine et qui est basée sur l’économie. Ce n’est pas comme à Toronto ou à Vancouver», relativise toutefois M. Gaucher. 

«Freiner» les acheteurs étrangers

Selon Mme Fontaine, la taxe proposée par Trudeau pourrait contribuer à «freiner» les acheteurs étrangers à Montréal.

Un constat que partage M. Gaucher, qui estime qu’une taxe uniforme pour l’ensemble du pays permettrait d’empêcher «le mouvement interprovincial» des acquéreurs étrangers.

À titre indicatif, un acheteur étranger ayant fait l’acquisition au Canada d’une propriété de 450 000$ devra débourser annuellement 4500$ pour payer la taxe mise de l’avant par M. Trudeau, si elle entre en vigueur.

«Dans une perspective de court terme, je ne crois pas que ça va avoir beaucoup d’impacts, mais à long terme, ça peut coûter cher d’avoir à payer 1% année après année.» -Joanie Fontaine, économiste pour JLR Solutions foncières

Deux taxes?

La Ville de Montréal est en pourparlers depuis plusieurs mois avec le gouvernement du Québec afin de disposer de plus d’outils pour contrer la spéculation immobilière. Elle réclame notamment de pouvoir d’appliquer une taxe sur les acheteurs étrangers.

«Il ne faut pas mettre une taxe par-dessus une taxe. Si on a une taxe qui fait le travail, il ne faut pas dédoubler le travail», estime M. Gaucher. 

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui suit la situation de «très près», a quant à elle indiqué la semaine dernière qu’elle n’est «pas en désaccord» avec la promesse de Justin Trudeau.