Montréal

Logement: Montréal doit encadrer la spéculation, selon la rapporteuse spéciale de l’ONU

Logement: Montréal doit encadrer la spéculation, selon la rapporteuse spéciale de l’ONU
Photo: Mario Beauregard/MétroCity of Montreal,Quebec,Canada

Montréal obtient un appui de taille dans sa bataille pour obtenir de nouveaux pouvoirs pour contrer la spéculation immobilière. Leilani Farha, rapporteuse spéciale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) pour le logement, estime que le secteur des finances doit être encadré.

«C’est devenu évident, quand j’ai eu ce rôle il y a quelques années, qu’il y avait une crise du logement majeure à travers le monde. Les gens ne pouvaient plus se permettre de payer le loyer. Certains étaient évincés de leur maison et je voulais comprendre pourquoi», explique Mme Farha en entrevue à Métro. 

Dans les dernières années, l’avocate de formation, basée à Ottawa, a parcouru le monde pour faire la lumière sur les causes de ce phénomène. Sa mission a d’ailleurs fait l’objet d’un documentaire, intitulé «Push», dans lequel on suit Mme Farha dans plusieurs grandes villes, dont Toronto, New York et Londres.

Dans chacune de ces métropoles, elle rencontre des résidants qui craignent de perdre leur chez-soi en raison de la spéculation immobilière et elle étudie le marché immobilier du secteur.

«Mon travail est de comprendre quels sont les problèmes en matière d’accès à un logement abordable à travers le monde. Parfois, je suis officiellement invitée par un gouvernement. Dans d’autres cas, je me présente sans prévenir et j’essaie de comprendre ce qui se passe», ajoute-t-elle.

Elle a par ailleurs lancé un mouvement, intitulé «Shift», qui vise à rallier les villes à l’échelle internationale afin que celles-ci mettent en place des mesures pour faciliter l’accès à un logement convenable à leurs résidents et luttent contre l’itinérance.

Mme Farha est également directrice de l’organisme Canada sans pauvreté.

Le secteur financier

Les causes pour lesquelles les grandes villes sont de moins accessibles aux moins nantis sont multiples et varient d’un endroit à l’autre. L’experte constate toutefois un dénominateur commun à cette «crise»: le rôle du secteur des finances.

L’experte s’est notamment penchée sur le cas de Blackstone, une société d’investissement américaine qui achète des logements abordables un peu partout dans le monde afin d’en tirer des profits en augmentant leur valeur. Cette dernière possède d’ailleurs des actifs immobiliers à Montréal.

«[Les sociétés d’investissement] trouvent des propriétés, les achètent, les rénovent, souvent de façon cosmétique, puis ils augmentent le loyer. Et ça, ça force des personnes en-dehors de leur maison», soulève l’experte de l’ONU. Selon cette dernière, il s’agit d’augmentations de loyer pouvant aller jusqu’à 15% d’un seul coup. 

Des investisseurs laissent ensuite volontairement des unités qu’ils ont achetées vacantes afin de les revendre plus cher quelques années plus tard. Celles-ci deviennent alors des «outils financiers».

«C’est surprenant de voir qu’il y a cette crise du logement alors qu’il y a plusieurs unités qui sont vides», lance Mme Farha. 

Sur l’île de Montréal, les plus récents rôles d’évaluation foncière font d’ailleurs état d’une hausse de 13,7% de la valeur moyenne des propriétés.

«Nous devons changer notre conception du logement pour s’assurer que les gens peuvent y avoir accès, surtout les personnes à faible revenu. Nous devons reconnaître que le logement est un droit humain.» -Leilani Farha, rapporteuse spéciale de l’ONU sur le droit à un logement convenable

Faire pression sur Québec

Leilani Farha, qui a rencontré en début d’année la mairesse de Montréal, Valérie Plante, estime que la métropole doit redoubler d’ardeur dans ses discussions avec le gouvernement du Québec afin que ces investisseurs soient mieux encadrés.

«Le gouvernement doit mettre en place une stratégie qui encadre les acteurs financiers. Les villes n’ont pas cette capacité. Elles doivent forcer les gouvernements nationaux de réguler ces acteurs», soutient-elle. 

La Ville est d’ailleurs en discussion avec Québec actuellement afin de réclamer une taxe sur les acheteurs étrangers. 

«Mais ce n’est pas juste une taxe. C’est une panoplie de mesures qu’il faudrait mettre en place pour éviter la possibilité de faire cette spéculation», a indiqué à Métro le responsable de l’habitation au comité exécutif, Robert Beaudry. 

Actuellement, la Ville est incapable de savoir si des logements acquis par des sociétés d’investissement sur son territoire sont volontairement laissés vacants à des fins spéculatives.

«Des bâtiments vacants, il y en a immanquablement, mais est-ce que c’est pour des raisons spéculatives? Ça, je ne peux pas vous le dire parce que justement, on manque de données à l’heure actuelle», a ajouté M. Beaudry, qui demande que la Ville ait accès à de telles informations.