Montréal

Nouvel hôpital Maisonneuve-Rosemont: un projet «déjà très bien sur les rails»

l'Hôpital Maisonneuve Rosemont
l'hôpital Maisonneuve Rosemont Photo: Zoé Magalhaès/Journal de Rosemont

Absent du nouveau projet de loi «d’accélération des infrastructures» du gouvernement, le projet de modernisation de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont n’est pas tombé dans l’oubli, assure Québec. La présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, assure même que le projet est «déjà très bien sur les rails».

Inscrit au Plan québécois des infrastructures (PQI) et évalué à 1,8 G$, le projet de reconstruction d’HMR brillait mercredi par son absence dans la liste des 181 projets que souhaite accélérer la Coalition avenir Québec (CAQ) avec le nouveau projet de loi 66.

Un des plus grands hôpitaux de Montréal, Maisonneuve-Rosemont est aussi le dernier à l’est avant le centre hospitalier Pierre-Le Gardeur, à Terrebonne.

Or, aux yeux de la ministre LeBel, l’avancement du projet de reconstruction d’HMR ne justifiait pas son ajout au projet de loi qu’elle a présenté mercredi en chambre. «Les résultats font en sorte que les mesures prévues au projet de loi ne sont pas utiles pour l’accélération de ce projet-là. Ce qui n’en fait pas moins une priorité», a convenu la députée de la CAQ, mercredi, lors d’un point de presse à Québec.

«Sur le radar»

Chef de service des soins intensifs à Maisonneuve-Rosemont, le Dr François Marquis est constamment mis au courant de l’avancement des discussions. Ses échos du terrain ressemblent d’ailleurs aux propos de la ministre.

«On nous maintient sur le radar», observe le spécialiste de la médecine interne, qui avait été déçu de voir le projet ralentir avec la pandémie.

Or, le rythme de planification aurait repris de plus belle cet été, souligne Dr Marquis. «On n’a eu aucun autre signal que celui d’aller aussi vite possible pour faire avancer le projet»,

La modernisation de l’hôpital est inscrite comme un projet à l’étude au PQI depuis plus de deux ans maintenant. Québec n’a toujours pas débloqué de fonds pour officiellement lancer le projet.

«Le feeling que j’ai, c’est que les choses accélèrent.» – François Marquis, chef de service des soins intensifs à Maisonneuve-Rosemont

Pas au PL66

Le chef du troisième groupe d’opposition à Québec, Pascal Bérubé, se déçoit de ne pas avoir été consulté, comme les deux autres partis d’opposition, lorsqu’est venu le temps d’élaborer cet été une liste de projets à accélérer pour le projet de 66.

«En temps de pandémie, il m’apparaît qu’investir dans le plus grand hôpital de l’est de Montréal, ça devrait être un des premiers projets», indique l’élu de Matane-Matapédia, en entrevue avec Métro.

Le député de Rosemont, Vincent Marissal, avait lui aussi dénoncé l’absence d’HMR au dépôt du projet de loi 61 sur l’«accélération des projets d’infrastructures». S’il se dit toujours perplexe devant un projet qui ne débloque pas, il convient aujourd’hui que ses critiques du nouveau PL66 porteront plutôt sur le principe.

«Je ne veux pas commencer à jouer à la partie de poker, à choisir des projets. Je ne vais pas négocier la protection de l’environnement pour un projet dans mon comté», affirme l’élu de Québec solidaire.

Articles récents du même sujet