Le Plateau-Mont-Royal
12:59 18 janvier 2021 | mise à jour le: 19 janvier 2021 à 13:33 temps de lecture: 5 minutes

Un itinérant retrouvé mort dans une toilette chimique à Montréal

Un itinérant retrouvé mort dans une toilette chimique à Montréal
Photo: Josie Desmarais/Métro

Un itinérant a été retrouvé mort dans une toilette chimique de Montréal située à l’angle de la rue Milton et de l’avenue du Parc, à quelques pas du refuge qu’il avait l’habitude de fréquenter.

En effet, Raphaël André, 51 ans, a été retrouvé sans vie dimanche matin par des policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). L’homme était connu des employés du refuge Open Door, une ressource située dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal qui offre des services aux personnes autochtones en situation d’itinérance.

À la suite de ce décès, le bureau du coroner a ouvert une investigation. Les circonstances et la cause exacte du décès ne sont pas encore connues.

Refuge fermé la nuit

Or, une recommandation de suspension temporaire de la halte-chaleur émise par la Direction régionale de santé publique (DRSP) oblige le refuge Open Door à mettre tous ses pensionnaires dehors chaque soir à 21h30. L’organisme est habituellement ouvert 24 heures sur 24.

En effet, la recommandation du 2 janvier avait été entérinée par le Conseil d’administration d’Open Door à la suite d’une éclosion de COVID-19 survenue dans le milieu de vie durant les fêtes, mais qui a été contrôlée depuis. 

«Cet homme était quelqu’un que nous servions quotidiennement à The Open Door. Il était souvent la dernière personne à sortir depuis que nous avons dû fermer à 21h30 et serait certainement resté si nous avions été autorisés à rester ouverts 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, comme nous l’étions auparavant», a-t-on indiqué sur la page Facebook du refuge.

De son côté, la DRSP de Montréal soutient qu’elle a émis une recommandation au Service régional d’itinérance le 12 janvier dernier pour une possible réouverture de la halte-chaleur de l’organisme si Open Door respecte les directives de mesures sanitaires.

Cette recommandation est présentement en cours d’évaluation par le réseau de la santé montréalais, indique-t-on.

«Une ressource unique»

Par ailleurs, la directrice du Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM), Annie Savage, explique que le refuge Open Door est «une ressource unique» pour les itinérants autochtones. «Les gens qui allaient à Open Door ne vont pas ailleurs parce que c’est la ressource qui offrait des services qui répondaient à leurs besoins», précise-t-elle. 

En effet, Raphaël André était Innu. «Il n’y a pas assez d’espace dans les refuges. Les gouvernements, veuillez envoyer l’armée. Combien d’Autochtones doivent mourir avant de faire quelque chose?», a fait valoir la directrice du refuge pour femmes autochtones de Montréal, Nakuset S., sur Twitter.

De plus, Annie Savage affirme que, dans le contexte actuel, tous les refuges affichent déjà complets. «À partir de 21h30, quand tu sors sur le trottoir, tu es déjà en infraction et il est beaucoup trop tard pour que tu puisses te trouver une place au chaud quelque part ailleurs», explique-t-elle.

Appelée à réagir, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, s’est dite «terriblement attristée» par le décès. «Chaque décès dans ces circonstances est un de trop», a-t-elle ajouté. Selon elle, cet événement tragique réaffirme l’urgence de mettre à la disposition des personnes vulnérables des ressources adaptées aux différents besoins qui ont été exacerbés par la crise sanitaire.

Une autre amende salée pour un itinérant

Par ailleurs, une autre personne en situation de grande vulnérabilité a reçu une amende salée pour avoir enfreint le couvre-feu durant la dernière fin de semaine, a confirmé Annie Savage. 

L’adresse sur la contravention est d’ailleurs celle de l’organisme Mission Old Brewery. «Visiblement, encore une fois, on a affaire à des policiers qui ne semblent pas avoir fait de recherche sur l’adresse parce que c’est une ressource en itinérance, fait valoir Mme Savage. La semaine passée, c’était la même chose.»

Selon elle, les agents du SPVM devraient réfléchir davantage avant d’émettre un constat d’infraction à une personne seule la nuit. «Poses-toi des questions un petit peu à savoir si cette personne a vraiment un lieu stable et sécuritaire pour passer la nuit», dit-elle.

Par ailleurs, le parti de l’opposition officielle à la Ville de Montréal, Ensemble Montréal, demande à la Société de transports de Montréal (STM) de fournir des titres de transport aux organismes oeuvrant auprès des personnes en situation d’itinérance.

Ainsi, le chef de l’opposition, Lionel Perez, veut faciliter le transport des itinérants vers un refuge. Sur Twitter, la STM lui a répondu que plus de 200 titres individuels pour les itinérants sont déjà disponibles pour distribution par les intervenants.

 

Articles similaires