Montréal
16:57 22 février 2021 | mise à jour le: 22 février 2021 à 17:43 temps de lecture: 4 minutes

Montréal: jusqu’à 10 artères commerciales piétonnisées

Montréal: jusqu’à 10 artères commerciales piétonnisées
Photo: Josie Desmarais/MétroLa SDC de l'avenue du Mont-Royal envisage de réserver de nouveau l'artère aux piétons, cet été.

La Ville de Montréal prévoit transformer 10 artères commerciales en rues piétonnes cet été par le biais d’un programme de financement de 4 M$ destiné aux sociétés de développement commercial (SDC), a appris Métro.

L’été dernier, des projets de piétonnisation ont pris forme sur plusieurs artères commerciales de la métropole. Il s’agit notamment de l’avenue du Mont-Royal, d’une partie de la rue Sainte-Catherine Ouest et de la rue Wellington, à Verdun. Ces aménagements temporaires, qui ont vu le jour dans le cadre du projet des voies actives sécuritaires (VAS), on toutefois soulevé plusieurs critiques l’an dernier.

Dans un vaste rapport publié en décembre dernier, l’ombudsman de Montréal a notamment fait état d’enjeux de communication et d’accessibilité sur ces voies piétonnes et cyclables. Cette année, toutefois, la Ville promet de mieux se préparer à la saison estivale.

«On est en février et on est déjà pas mal organisé quant aux mesures qu’on va annoncer pour l’été», a assuré lundi le responsable du développement économique à la Ville, Luc Rabouin, en séance du conseil municipal. Celui-ci répondait à une question de la leader de l’opposition officielle, Karine Boivin-Roy, qui souhaitait savoir si la Ville comptait «épargner» les Montréalais des VAS cet été.

«L’expérience de l’an dernier a montré l’échec de l’urbanisme tactique de l’administration», a lancé l’élue d’Ensemble Montréal.

Rues piétonnes

Afin de mieux planifier son aménagement de l’espace public cet été, la Ville travaille depuis déjà un moment sur son prochain «plan estival», qui fera bientôt l’objet d’une annonce, a renchéri M. Rabouin. Ce plan prévoira notamment la création d’un «programme de soutien à la piétonnisation», a-t-il dit.

«Les sociétés de développement commercial qui souhaiteront piétonniser leur rue commerciale pourront faire appel à un programme de soutien financier dans lequel on va investir des sommes importantes», a ajouté l’élu.

Ce financement s’élèvera à 4 M$, a appris Métro, qui a obtenu copie d’un appel à projets acheminé lundi aux différentes SDC de la métropole. La Ville souhaite ainsi financer jusqu’à 10 projets de piétonnisation d’artères commerciales que soumettront des associations de commerçants. Ces dernières ont jusqu’au 22 mars pour acheminer leur dossier de candidature à la Ville, qui déterminera quatre jours plus tard quels projets bénéficieront de ce programme.

«Les coûts pour aménager l’espace public sont extrêmement élevés. Donc, ça vient donner un coup de main qui est non-négligeable», s’est réjoui le directeur général de la SDC Montréal centre-ville, Glenn Castanheira, en entrevue à Métro lundi.

«Dans le cas du centre-ville, on réfléchit à des projets de piétonnisation temporaires.» -Glenn Castanheira, directeur général de la SDC Montréal centre-ville

Des critères à respecter

Les SDC devront toutefois répondre à certains critères pour bénéficier de ce soutien financier, qui pourra atteindre un maximum de 400 000$ par projet. L’initiative devra notamment recevoir l’appui d’une majorité de commerçants de l’artère concernée, preuve à l’appui. Les arrondissements devront quant à eux «démontrer leur intention d’assurer une communication continue auprès des citoyens et de mettre en œuvre un système de gestion des plaintes», précise l’appel à projets.

«Un programme comme celui-là va nous permettre de mieux planifier [les projets de piétonnisation]», constate le directeur général de la SDC de l’avenue du Mont-Royal, Claude Rainville. Un processus de consultation des commerçants de cette artère a d’ailleurs pris fin récemment quant à la possibilité de réserver de nouveau cette artère aux piétons cet été. «On le souhaite», souligne M. Rainville.

Les SDC devront aussi impliquer une firme de design pour assurer l’embellissement de ces rues piétonnes, qui devront être en place pendant au moins deux mois, cet été.

En 2020, chaque piétonnisation d’une artère commerciale a coûté en moyenne 445 000$, indiquent les documents obtenus par Métro. En tout, la Ville a dépensé 5 M$ pour les VAS et l’aménagement de corridors sanitaires, l’an dernier.

Le retour des terrasses

Les commerçants pourront d’ailleurs aménager des terrasses élargies sur ces artères piétonnes, comme ils ont pu le faire l’an dernier, a indiqué M. Rabouin lundi. «Il y aura beaucoup de souplesse pour permettre d’avoir de larges terrasses», a-t-il évoqué.

Plusieurs arrondissements prévoient d’ailleurs d’offrir de nouveau des permis d’exploitation d’une terrasse à 50$ cet été, comme ils l’avaient fait l’an dernier.

Articles similaires