Montréal

Un projet d’appartements locatifs au centre-ville de Montréal sans logements sociaux

Photo: Josie Desmarais/Métro

La conversion de l’ancien hôtel Maritime Plaza au centre-ville de Montréal est complétée. Le complexe, dans lequel a été construite une nouvelle tour, compte 500 logements, mais aucune unité à vocation sociale.

Les permis relatifs au projet ont été octroyés en 2016, avant l’adoption du règlement 20-20-20, en vertu duquel tous les projets d’envergure doivent contribuer à l’offre de logements sociaux.

«Les plans étaient déjà approuvés quand le règlement est entré en vigueur, défend Joseph Nezri, le président du promoteur du projet, Rakotta Immobilier. En 2016, les logements sociaux, ça n’existait même pas. On ne l’avait même pas considéré.»

Le loyer minimal pour demeurer dans des Appartements Dorchester, situés à l’intersection de la rue Guy et du boulevard René-Lévesque, débute à 900$ pour un studio. Ce prix inclut les services comme l’internet, l’eau chaude, l’électricité, le chauffage et l’air climatisé. Rakotta Immobilier considère que «le projet vient considérablement bonifier l’offre d’appartements locatifs au centre-ville de Montréal pour les étudiants, les jeunes familles et les professionnels».

Mais ces nouveaux logements sont-ils une option viable pour les 124 ménages montréalais qui n’ont toujours pas trouvé d’endroit pour se loger? «J’en ai aucune idée, admet M. Nezri. Les logements sont disponibles, ils peuvent venir les visiter.»

Exception

Pour Projet Montréal, des projets immobiliers sans inclusion de logements sociaux ou abordables «se font très rares de nos jours grâce aux efforts» qu’il déploie.

«Il est entendu que dans ce cas précis, l’octroi du permis a été fait avant l’adoption de notre nouveau règlement, faisant en sorte qu’il n’était pas soumis aux exigences qui priment aujourd’hui depuis son adoption, commente l’attachée de presse Marikym Gaudreault. Depuis notre premier mandat, notre administration met tout en œuvre pour protéger l’abordabilité de notre métropole. Nous nous sommes donné les moyens d’agir en créant de nouveaux outils pour encourager la mixité et l’abordabilité de la ville, comme le RMM et les droits de préemptions».

«Le règlement pour une métropole mixte en est un bel exemple, mais nous ne nous arrêtons pas là. Le début de notre deuxième mandat a été marqué par l’acquisition massive de terrains pour du logement social et le début du chantier Montréal abordable. Une offensive concertée avec des partenaires du secteur immobilier pour accélérer le développement de logements abordables», conclut-elle.

Sauvegarde du patrimoine

L’ancien Hôtel Maritime-Plaza, construit en 1965, était reconnu pour sa rotonde vitrée. Celle-ci servait de repère pour plusieurs Montréalais qui cherchaient à s’orienter au centre-ville.

«C’était important pour nous de la conserver, explique M. Nezri. Notre objectif était de mélanger l’ancien look au nouveau, et je pense qu’on a vraiment bien réussi à la faire.»

Les 500 logements du nouveau complexe sont situés dans deux tours de 36 et 15 étages.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet