Montréal

La hausse du brut fait gonfler la facture

Les 193 travaux d’infrastructures prévus à Montréal cette année pourraient coûter 20 M$ de plus à cause de la hausse du prix des produits pétroliers.

«La hausse [du pétrole] pourrait faire grimper la facture de 4 à 5 %», a indiqué hier Robert Marcil, directeur des travaux publics de la Ville de Montréal. «Mais le prix de l’essence et de l’asphalte fluctuent tellement que c’est difficile à prévoir avec certitude», a-t-il ajouté.

Cette année, les investissements de la Ville sur les aqueducs, la réfection routière et les ponts s’élèveront à 401 M$. Cela ne comprend pas les sommes dépensées par les arrondissements (40 M$) et par Québec, qui est responsable des grands axes routiers.

«Du jamais vu»
«401 M$, c’est du jamais vu au niveau municipal», a déclaré le maire Gérald Tremblay. En 2002, la Ville avait investi 126 M$. Parmi les gros chantiers, signalons la réfection de la rue Notre-Dame, entre les rues Université et de la Montagne et les travaux du tunnel Louis-H.-La-Fontaine près de l’autoroute 25.

À ceux qui pensent que la Ville dépense beaucoup pour l’auto, Robert Marcil rétorque : «La Ville dépensera cette année plus de 50 M$ pour refaire les trottoirs et 10 M$ pour réaliser plus de pistes cyclables».

Articles récents du même sujet