Soutenez

La facture sera salée à l'Université de Montréal

L’Université de Montréal n’a pas encore passé en revue l’augmentation des frais afférents prévue pour la prochaine année. Si rien n’est changé, les étudiants qui suivent cinq cours devront subir une hausse de 90 $ par trimestre.

«Des projets de règlement et des intentions ont été annoncés, mais ils ne sont toujours pas clairs», a expliqué la directrice des relations avec les médias de l’Université de Montréal, Sophie Langlois, en entrevue à Métro. Selon cette dernière, le concept de frais afférents est flou. «Est-ce qu’ils incluent les pénalités imposées pour les livres en retard à la bibliothèque? a-t-elle demandé. Si oui, comment les calcule-t-on? Est-ce qu’on fait une moyenne?»

Par conséquent, l’Univer­sité de Montréal n’est pas en mesure de déterminer dans quelle catégorie elle se situe et de combien elle peut augmenter ces frais.

En février, la ministre de l’Éducation, Michelle Courchesne, avait annoncé que si les étudiants et la direction d’une université n’arrivent pas à s’entendre, les frais afférents pouvaient augmenter de 50 $ par année s’ils se situent en deçà de 555 $; de 25 $ s’ils sont compris entre 555 $ et 699 $; et de 15 $ s’ils dépassent 699 $. Ces hausses doivent être respectées à partir du 1er juin 2008. S’il y a surfacturation, ce sont les subventions accordées aux universités qui seront touchées.

«Les universités sont assez au fait de la définition des frais afférents», a répliqué l’attaché de presse de la ministre Courchesne, Jean-Pascal Bernier. Selon le ministère de l’Éducation, ils sont définis comme étant «les frais autres que les frais de scolarité imposés par les universités.» Ils comprennent entre autres «les frais généraux, technologiques, de service, de droits d’auteur et de rédaction de thèse.»

D’autres détails à venir
M. Bernier a toutefois précisé que des détails supplémentaires sur les frais afférents seront fournis dans les règles budgétaires.

Pour sa part, l’Université de Montréal rappelle qu’elle doit continuer à fonctionner même si les derniers détails sur les frais afférents n’ont pas été déposés à l’Assemblée nationale. «La période d’inscription pour les cours d’été s’est terminée en mars. Les factures sont déjà parties», a rapporté Sophie Langlois.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.