Montréal

La Ville de Montréal jugée coupable de discrimination raciale

La Ville de Montréal jugée coupable de discrimination raciale
Photo: Archives MétroLa DRSP a déjà accepté de mettre à jour les études sur la santé respiratoire, suite au dépôt de la première motion le mois dernier, tel que confirmé par le docteur David Kaiser lors de l’assemblée publique sur la qualité de l’air qui s’est déroulée à Pointe-aux-Trembles le dimanche 24 mars.

L’arrêt de la Cour supérieure aboutit 11 ans après le début des procédures judiciaires entamées par le plaignant, Jean-Olthène Tanisma.

Selon le jugement, la Ville a fait preuve de discrimination en rejetant la candidature de M. Tanisma au poste de gestionnaire, en 2002, et en embauchant plusieurs de ses collègues «québécois de souche» qui avaient des qualifications similaires. M. Tanisma occupe le poste de conseiller en développement à la Ville depuis 1988.

«C’est une décision juste. Je veux tourner la page et passer à autre chose, a affirmé M. Tanisma, mardi. Ce n’est pas contre Montréal. J’estime que Montréal est une ville multiculturelle et ouverte où il fait bon vivre, mais il y a encore des poches de résistance farouche à une émancipation culturelle.»

Le juge Mark G. Peacock a accordé 30 000$ à M. Tanisma en guise de compensation, et a ordonné à la Ville d’afficher plus clairement les postes de gestion vacants.

L’avocat de M. Tanisma, Me Aymar Missakila, souligne le caractère «exemplaire» de cette décision de la Cour, qui forcera la Ville à revoir ses procédures d’embauche pour les postes de cadre.

«Ce sont des barrières systémiques qui s’étalent sur une longue période de temps, et qui ne sont pas nécessairement le fruit d’une personne, a-t-il illustré, mardi. Ce n’est pas nécessairement réfléchi. Mais les conséquences réelles sont vécues par les membres des minorités visibles.»

M. Tanisma a vite compris qu’il était victime de discrimination, peu après son embauche. Il a raconté avoir remporté dans les années 1990 un concours de journalisme scientifique tenu au sein de la fonction publique. Venu le temps de publier les résultats du concours, la Ville a imprimé des photos des autres participants, mais pas de M. Tanisma, même s’il était le gagnant.

«C’est à ce moment-là que j’ai commencé à suivre les gestes de l’employeur», a-t-il renchéri.