Montréal

Budget 2010 de Montréal: Les commerçant sont inquiets

Les commerçants attendent avec inquiétude le budget 2010 de la Ville de Montréal, qui sera dévoilé mercredi. «On veut que [le maire Gérald Tremblay] soit prudent, parce que l’enjeu, c’est la relance de Montréal», a indiqué le vice-président de l’Association des sociétés de développement commercial de Montréal (ASDCM), Michel Depatie.

L’administration de M. Tremblay songerait à relever le fardeau fiscal de 6%, selon ce que rapportait le quotidien La Presse la semaine passée. Si cette hausse se concrétise pour les commerçants, l’argent sera prélevé directement dans leur poche, a avancé M. Depatie. «Dans le contexte du commerce de détail, on ne peut pas refiler la facture aux consommateurs, a-t-il dit. C’est impossible avec la concurrence des grandes surfaces et l’offre commerciale en périphérie de Montréal.»

Résultat : les commerçants pourraient devoir freiner les investissements dans leur entreprise, mettre à pied du personnel et, dans certains cas, fermer boutique. Toutefois, des commerces déjà durement éprouvés par le ralentissement économique cesseront leurs activités de toute façon.

La Presse rapportait aussi qu’une taxe d’affaires serait instaurée par la Ville de Montréal. «On n’en veut pas, à moins qu’on nous dise qu’elle est très pointue, qu’elle n’affectera pas tout le monde et qu’elle est réfléchie», a expliqué le vice-président de l’ASDCM.

Les 14 000 membres de l’ASDCM, qui fournissent près de 280 000 emplois, paient environ 500 M$ en taxes municipales chaque année.

Articles récents du même sujet