Montréal

Un monument à la mémoire de Camille Laurin

L’Office québécois de la langue française a procédé lundi à l’inauguration d’un buste en bronze de Camille Laurin, dans le parc adjacent de l’Office.

Surnommé le «père de la loi 101», Camille Laurin a œuvré pour la pérennité de la langue française au Québec. «Cet homme a contribué à définir la langue française comme véritable fondement de la société québécoise», a souligné sur place Christine St-Pierre, ministre de la Culture et des Communications.

Camille Laurin est à l’origine de la Charte de la langue française adoptée par l’Assemblée nationale du Québec en 1977 – la loi 101 –.  Elle définit les droits linguistiques de tous les citoyens du Québec et fait du français la langue officielle de l’État québécois.

Le buste en son honneur est né grâce à la volonté d’une femme, Francine Castonguay, veuve de Camille Laurin. «Je voulais que soit élevé un monument pour le dixième anniversaire de sa mort. Cela n’aurait pas pu être possible sans les donateurs et je suis fière que le Fonds commémoratif Camille-Laurin ait offert ce monument à l’État québécois.»

«Visionnaire», «brillant», «humaniste»,  les compliments à l’égard de l’homme défunt furent nombreux lors du dévoilement du buste. Les personnes invitées à la tribune ont mis de l’avant la volonté d’un  homme qui a, malgré les calomnies, continué son combat pour la francophonie québécoise. ?
Bernard Landry, ancien premier ministre du Québec conclut: «Sans lui, la ville qui nous entoure ne serait plus francophone.»

Articles récents du même sujet