Montréal

L’auto solaire de Polytechnique brille aux États-Unis

L’auto solaire de Polytechnique brille aux États-Unis
Photo: Aurélien Pierre/Antoine Cadotte - Projet Esteban

Esteban VII est arrivé en quatrième position à l’American Solar Challenge.

C’est la première fois depuis 2003 qu’une équipe canadienne obtient un tel résultat, ont souligné jeudi les membres de l’équipe, tout juste revenus des États-Unis. Si l’équipe québécoise a obtenu un tel résultat, c’est qu’elle est enfin arrivée à résoudre la principale faiblesse du prototype: son poids.

«En 2012, on avait les meilleurs panneaux solaires, mais la voiture était trop lourde. Notre vitesse de croisière était alors limitée à 35-40km/h», a expliqué Gabriel Brassard, directeur du projet. En utilisant de nouveaux matériaux composites, le poids d’Esteban VII est passé de 424kg à 290kg, pilote compris. Ce poids réduit, couplé à une géométrie plus agressive a permis d’atteindre une vitesse de croisière de 75km/h.

La compétition de 2700km qui consiste à relier Austin à Minneapolis regroupait 21 universités en provenance de quatre pays. La moitié seulement ont passé le cap des qualifications et huit équipes ont rejoint la ligne d’arrivée au terme de huit jours sur la route, riches en rebondissements.

«Lors de la période de qualifications, qui dure trois jours sur le circuit de Formule 1 d’Austin, on a cassé un de nos deux moteurs-roue. Heureusement, l’université de Berkley, qui n’a pu se qualifier à cause de problèmes électriques, nous a prêté les leurs», a raconté Manuel Ponce-Julien, responsable de l’équipe mécanique. La suite de la course consistait à traverser les États-Unis du Sud au Nord. Cela représente neuf fois le trajet Montréal-Québec.

Pour la cinquième compétition consécutive, c’est l’université du Michigan qui a remporté les honneurs, devançant de quatre heures la deuxième équipe et de 12 heures l’école Polytechnique. «Eux disposent d’un budget de 2M$ à 3M$, soit dix fois plus que nous. Et ils se font fabriquer leurs pièces, alors que de notre côté, on a la fierté de tout fabriquer nous-mêmes», a souligné Vincent Gariépy, directeur de la logistique.

L’École de technologie supérieure (ETS), qui faisait elle aussi partie des dix équipes qualifiées, a finalement décidé de ne pas participer aux épreuves sur route à cause de pépins techniques.

Questions des jeunes
L’équipe d’Esteban VII avait invité près de 200 jeunes issus de camps de jour à venir assister à sa présentation. Voici certaines de leurs questions:
Q: Ça consomme beaucoup d’énergie?
R: À peu près autant qu’un sèche-cheveux
Q: Y a-t-il eu des accidents?
R: Non, mais une auto a pris feu pendant la recharge. Il n’y a pas eu de blessés.
Q: Vous arrêtiez-vous au McDo pour manger?
R: (sourire) Non, mais nos sandwichs ont été élus les meilleurs de la compétition!

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *