Montréal
15:30 7 octobre 2014 | mise à jour le: 7 octobre 2014 à 16:59 temps de lecture: 3 minutes

Train de l’Est: Rivière-des-Prairies s’oppose aux tarifs de l’AMT

Train de l’Est: Rivière-des-Prairies s’oppose aux tarifs de l’AMT
Photo: AMT

À deux mois de la mise en service du Train de l’Est, l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles (RDP-PAT) s’oppose aux tarifs qui seront demandés à ses citoyens.

L’arrondissement se trouve dans la troisième zone tarifaire de l’Agence métropolitaine de transport (AMT) en raison de la distance qui le sépare du centre-ville de Montréal. L’extrémité ouest de l’île de Montréal se trouve aussi dans cette zone, tout comme Laval et Longueuil.

«Je ne suis pas contente qu’on soit considéré comme une excentricité de Montréal, a fulminé mardi la mairesse de RDP-PAT, Chantal Rouleau. On nous considère comme Laval, Longueuil ou Repentigny. Je trouve cela malhabile.»

Lorsque le Train de l’Est sera en service, le 1er décembre, il s’arrêtera à deux gares de RDP-PAT, soit celle de Rivière-des-Prairies et celle d’Anjou. La gare de Pointe-aux-Trembles sera complétée seulement au printemps prochain.

«La gare Cedar Park, à Pointe-Claire, se trouve à 21,2km de la Gare centrale et elle est dans la deuxième zone, a souligné Mme Rouleau. La gare d’Anjou est à 20km de la Gare centrale et elle se trouve dans la troisième zone. Ce n’est pas logique.»

La mairesse de RDP-PAT souhaite que l’AMT considère le critère montréalais dans l’élaboration de ses zones tarifaires. «Il n’est pas question que notre arrondissement soit séparé de la Ville de Montréal, a-t-elle insisté.

RDP-PAT se situe dans la troisième zone de tarification depuis 2005 à cause de sa distance du centre-ville, mais aussi de ses frontières géographiques, a indiqué l’AMT par courriel. L’agence effectue en ce moment une vaste réflexion sur sa tarification. Elle prévoit notamment réviser l’entendue des zones tarifaires.

Pour Chantal Rouleau, la tarification est un obstacle de plus que ses citoyens devront surmonter pour prendre le Train de l’Est. Elle a noté que la gare d’Anjou, par exemple, sera plus facilement accessible aux Lavallois qu’à ceux qui habitent à proximité. «La gare d’Anjou est collée sur l’autoroute 25, a-t-elle mentionné. Les Lavallois vont facilement traverser le pont et accéder au stationnement incitatif pour prendre le train. Des gens qui sont collés sur la gare n’y ont pas accès, même à pied. Ils doivent prendre leur voiture pour se rendre à la gare.»

Dans l’arrondissement de Mme Rouleau, près de sept citoyens sur dix utilisent leur voiture pour se rendre au travail. «On aimerait réduire ce nombre, mais comment on va y arriver quand on vient encore nous imposer des tarifs plus élevés qu’ailleurs ou un manque d’accessibilité pour le transport collectif», a-t-elle demandé, tout en mentionnant que ses citoyens attendent avec impatience le Train de l’Est.

Le Train de l’Est

  • Le Train de l’Est relie la ville de Mascouche au centre-ville de Montréal, en passant par Terrebonne, Repentigny et les arrondissements de l’est de Montréal.
  • Dix gares ponctueront le trajet de ce nouveau train de banlieue.
  • Le coût du projet s’élève à près de 671,4M$.
  • Près de 11 000 passagers par jour sont attendus, selon les prévisions de l’AMT.

tarifs AMT
Cliquez sur la carte pour l’agrandir