Montréal

Une partie du Champ des possibles rasée

Photo: Marie-Eve Shaffer/Métro

Des citoyens du Plateau-Mont-Royal fulminent contre le Canadien Pacifique (CP) qui a rasé cette semaine une partie du Champ des possibles. Le transporteur ferroviaire s’est empressé de s’excuser pour son erreur.

«C’est très choquant parce que c’est la propriété de la Ville», a pesté vendredi le fondateur des Amis du Champ des possibles, Roger Latour. Il était entouré de quelques dizaines de citoyens du Plateau-Mont-Royal qui rageaient devant la destruction d’une partie de leur parc.

Plus tôt cette semaine, des employés du CP ont commencé à occuper une partie du Champ des possibles pour construire un petit tronçon de voie ferrée qui devait par la suite être déplacé. Pour créer leur espace de travail temporaire, ils ont retiré la végétation, qui forme désormais une grosse butte.

Le CP a admis avoir commis «une erreur» en utilisant le Champ des possibles comme espace de travail. Ses employés quitteront le site «le plus vite possible», a indiqué l’entreprise à Métro. Le CP a dit regretter les dommages qui ont été causés. Il tentera de convenir d’une entente avec les Amis du Champ des possibles et la Ville de Montréal afin de remettre le site en état.

Ni l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ni la ville-centre n’a autorisé les travaux dans le Champ des possibles, qui est de propriété municipale depuis 2006.

«Franchement inacceptable!» – maire de Montréal, Denis Coderre

«Le CP considère les voies ferrées et les abords comme une propriété coloniale du début du XXe siècle, s’est insurgé le maire de du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez. Pour eux, la biodiversité n’a aucune valeur.»

Roger Latour a souligné la richesse de la biodiversité du Champ des possibles. Plusieurs espèces d’oiseaux migrateurs y transitent pendant le printemps et l’automne. De petits mammifères, tels que des renards roux, y ont élu domicile, tout comme plusieurs sortes d’insectes et de végétaux.

«C’est la plus haute biodiversité à deux kilomètres à la ronde, a dit M. Latour. La seule compétition qu’il peut y avoir, c’est le mont Royal.

Le Champ des possibles appartient depuis 2006 à la Ville de Montréal, qui l’a racheté au CP. L’arrondissement du Plateau-Mont-Royal a décidé en 2013 de protéger en partie le nouvel espace vert. Les Amis du Champ des possibles espèrent que l’ensemble du site soit protégé.

 

Articles récents du même sujet