Montréal
16:30 15 mars 2015 | mise à jour le: 26 mars 2015 à 14:32

La manifestation contre la brutalité policière rapidement interrompue

La manifestation contre la brutalité policière rapidement interrompue
Photo: Yves Provencher/Métro

La manifestation annuelle du Collectif opposé à la brutalité policière (COBP) a duré tout au plus une dizaine de minutes, dimanche, alors qu’une quarantaine de manifestants ont été pris en souricière pas des policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Selon le SPVM, aucun incident violent n’a eu lieu. Au total, 92 personnes ont reçu une contravention pour avoir entravé la circulation routière, et 2 personnes ont été arrêtées en vertu du règlement municipal P-6 puisqu’elles portaient un masque. Une personne fera face à des accusations au criminel pour bris de conditions.

La manifestation a été déclarée illégale aussitôt qu’elle a débuté. Le SPVM a avisé les manifestants qu’ils étaient en contravention du règlement municipal P-6, puisqu’ils n’avaient pas soumis d’itinéraire.

Presque aussitôt, vers 15h05, les manifestants se sont mis en marche vers l’ouest sur Ontario, et ont été repoussés. Épinglés de tous côtés, ils ont tenté de remonter la rue Berri, où ils ont été pris en souricière.

Une quarantaine de manifestants ont été embarqués pacifiquement dans des fourgonnettes du SPVM, vers 16h.

En début de soirée samedi, le SPVM affirmait sur son compte Twitter ne pas avoir reçu d’itinéraire de la part des organisateurs, sans quoi la marche serait déclarée illégale.

Le COBP avait martelé sur son site web qu’il n’accorderait «aucune entrevue aux médias de masse».

Un site a été mis en ligne dimanche matin dans le cadre de la manifestation. Sur le site, nommé «Gare aux flics», on peut lire un manifeste très critique envers le travail des policiers.

«À vous flics! (sic) La conclusion est inévitable: Vous êtes nos ennemis, peut-on lire. Vous ne serez jamais nos amis, vous ne serez jamais des alliés. C’est votre raison d’être, c’est votre rôle que de punir, réprimer, tuer, intimider.»

«Nous n’oublions pas la violence que vous nous infligez, vous la police, Elle n’est pas accidentelle. L’exercice de la violence est votre fonction fondamentale», affirme de plus le manifeste.

Une personne affirmant avoir mis le site en ligne a indiqué à Métro qu’elle n’était pas affiliée au COBP.

Vendredi dernier, une tête de porc avait été laissée devant les locaux de la Fraternité des policiers. Selon le SPVM, la tête aurait été accompagnée d’une lettre «menaçante». Le SPVM a soulevé vendredi l’idée qu’il y ait un lien entre cet incident et la manifestation de ce dimanche.