Actualités

Sables bitumineux: sit-in dans les bureaux de Thomas Mulcair

Sables bitumineux: sit-in dans les bureaux de Thomas Mulcair
Photo: Collaboration spéciale

Près de vingt étudiants des universités McGill et Concordia occupaient les bureaux de Thomas Mulcair à Outremont vendredi après-midi exigeant que le chef du Nouveau Parti démocratique prenne une position claire en défaveur de l’exploitation des sables bitumineux au Canada.

«Nous allons rester ici jusqu’à ce que la voix des étudiants soit entendue», explique la porte-parole du sit-in des bureaux de M. Mulcair, Kristen Perry, aussi étudiante à McGill.

Dix étudiants, appuyés par les organismes Justice Climatique Montréal, Divest McGill, Divest Concordia, ont signé une lettre qu’ils désirent remettre à M. Mulcair, lui demandant de «s’engager, avant les élections d’octobre, à soutenir des mesures [stoppant] l’expansion des sables bitumineux et favorisant une économie canadienne […] juste, propre, renouvelable», peut-on lire dans la lettre.

«Un politicien qui veut gagner nos votes à l’automne devra respecter la science en éloignant notre économie de cette énergie non-renouvelable, ce qui nous permettra d’avoir un climat soutenable pour notre futur», indique Mlle Perry.

Vendredi à 16h, les jeunes n’avaient pas réussi à parler à M. Mulcair qui est présentement à Calgary pour le Stampede, mais s’entretennaient régulièrement avec le personnel du bureau de circonscription du député fédéral d’Outremont, situé au 154, avenue Laurier Ouest.

«Leur présence est tolérée, mais il est impossible pour eux de s’entretenir avec M. Mulcair dans le moment puisqu’il est au beau milieu d’une activité à Calgary, explique Graham Carpenter qui gère le bureau de comté du NPD à Outremont. Nous comprenons que ces jeunes travaillent très fort en matière d’environnement, mais des fois la politique ne bouge pas aussi rapidement qu’ils ne le voudraient.»

Vers 15h30 vendredi après-midi, les étudiants qui occupaient auparavant les bureaux de Justin Trudeau, situés au 529 Jarry Est, se sont joints à eux.

Sur Twitter, sous les hashtags Climatesitin et Jobsjusticeclimate, on peut lire que des dizaines de jeunes occupent aussi les bureaux du ministre des Finances, Joe Oliver et du député de la circonscription de Beauséjour, au Nouveau-Brunswick, sous la bannière du PLC, Dominic Leblanc.

Le 3 juillet, les étudiants prévoyaient occuper sept bureaux d’élus à travers le Canada et annonçaient «qu’aujourd’hui est le début de trois jours d’actions historiques qui montreront que des leaders étudiants, les communautés autochtones, les communautés le long des oléoducs et les travailleurs, sommes plus forts que les sables bitumineux», peut-on lire dans le communiqué émis au nom des étudiants et de la jeunesse de partout à travers le Canada.

Le 4 juillet, plusieurs communautés manifesteront contre les projets d’oléoducs du Canada et le lendemain, une coalition marchera pour l’emploi, la justice climatique et le climat dans les rues de Toronto.