Montréal

Modification du zonage: Mont-Royal prête pour le Royalmount

Le projet Royalmount de Carbonleo n’a plus d’obstacles, du moins, d’un point de vue légal, pour voir le jour alors que les élus de Ville Mont-Royal ont voté majoritairement en faveur d’une modification au règlement de zonage au conseil de ville de lundi soir.

À la fin du mois de juin, à la suite d’une première consultation publique sur le sujet, la Ville de Mont-Royal adoptait un Plan particulier d’urbanisme (PPU) qui dressait la table pour le projet de Carbonleo, en donnant une nouvelle vocation commerciale à près de 70 hectares du parc industriel de VMR.

Le Royalmount, un projet de 3 millions de pieds carrés envisagé par le promoteur derrière le Quartier Dix30, doit être construit à l’angle de l’autoroute 15 et 40. D’une valeur de 1,6M$, le centre doit inclure de nombreux restaurants, boutiques, un cinéma et possiblement un théâtre.

Déjà avec le PPU, la hauteur permise de construction grimpait à 80 mètres,  les marges de recul étaient réduites, pour créer une ambiance plus urbaine, et la densité permise sur les terrains augmentait.

Ces modifications impliquaient toutefois que la ville modifie ses règlements sur le lotissement, le zonage, la construction et l’usage dans les 90 jours suivant cette adoption. Cela a été fait lundi soir.

«Il reste encore plusieurs étapes avant de voir le projet émerger, souligne le maire Philippe Roy, mais ce qui est certain c’est que le Royalmount respecte la vision que l’on avait d’un projet qui revitaliserait notre parc industriel.»

Le maire de Montréal, Denis Coderre, tient quant à lui à réaliser l’étude qu’il avait commandée à la Commission sur le développement économique de la Ville de Montréal afin d’étudier les impacts du projet avant de prendre position.

«De toute façon, il n’y a rien qui peut se faire sans l’appui [du conseil d’]agglomération. [L’entrepreneur] ne pourra rien faire avant», a-t-il précisé.

Il a été talonné par l’opposition officielle à la Ville de Montréal, Projet Montréal, lors du conseil municipal de lundi et mardi sur l’importance d’agir rapidement contre ce projet qui risque, selon eux, d’impacter sur la circulation et la santé des commerçants du centre-ville.

Denis Coderre croit que certaines questions doivent être répondues avant toute chose afin d’avoir une meilleure vision du projet. «Il y a des commerces qui ferment présentement et il faut se demander pourquoi. Il y a la question du stationnement, de la mobilité et de la non-mobilité qui amène moins d’achalandage. Et d’un autre côté, vous avez un investissement d’1,6G$ [pour ce projet du Royalmount, qu’est-ce que ça veut dire par rapport aux artères commerciales, aux enjeux économiques?», a-t-il lancé.

Inquiétudes
Au conseil de la Ville de Mont-Royal du 21 septembre, une dizaine de citoyens se sont exprimés sur le sujet lors des deux périodes de questions.

«C’est un projet gigantesque et les consultations passent sous le radar», «Il est énorme votre projet et je me demande si on en a réellement de besoin», «Quelle genre d’assurance nous donne la ville que nos business ne seront pas affectées négativement ou encore que nous ne serons pas expropriés», ont exprimé des citoyens devant les élus de VMR lundi soir.

Devant ces questions, le maire Philippe Roy s’est fait rassurant.  «Le projet emmènera plus de gens dans le secteur, alors ce sera bon pour les commerçants de VMR, a-t-il expliqué.  Les deux consultations publiques règlementaires ont été réalisées et l’étude plus approfondie sur la circulation s’en vient.»

Cavalier seul
Le conseiller indépendant Louis Dumont a été le seul à voter contre le projet et il a pris le temps d’énumérer les différentes raisons qui expliquaient son opposition. «Les répercussions négatives qu’auront ce projet sur la qualité de vie des citoyens, les problèmes de circulation automobile, de pollution, les travaux de la commission sur le développement économique de la ville de Montréal qui n’arrivent pas […].»

En ce sens, le maire ne comprend pas comment le conseiller justifie cette décision puisqu’il a refusé dès le départ de rencontrer le promoteur qui désirait lui présenter le projet et qu’il s’est donc privé de beaucoup de documentation.

Mais le conseiller s’oppose au projet dans son intégralité. «La vision actuelle est d’une autre époque. Selon moi, ce projet n’apportera rien de positif aux citoyens de VMR, soutient M. Dumont. Et c’est normal que nos citoyens s’inquiètent puisque pour le moment, ils doivent se fier à de la pure spéculation, aucune étude n’ayant été dévoilée.»

Pour le maire le fait que les études arrivent après le changement de réglementation de la ville ne pose pas problème.

«Ça me fait rire que l’on attende ces études avec autant d’impatience, alors que près de cet endroit il se construit deux carrefours résidentiels qui emmèneront des milliers de gens, pour lesquels personne n’exige d’étude», lance la maire.

D’ici 2031, 4200 logements doivent en effet être construits dans Le Triangle Namur –de la Savane et le projet, Blue Bonnets, qui prendra place sur le site de l’Hippodrome, devrait débuter dans les dix prochaines années.

Articles récents du même sujet