Hochelaga-Maisonneuve

Eaux usées dans le fleuve: les élus de Projet Montréal sont inquiets

Photo: Archives TC Media

Les élus de Projet Montréal de l’arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve (MHM) s’inquiètent des répercussions qu’aura le déversement de huit milliards de litres d’eaux usées non traitées sur la qualité des berges de l’arrondissement.

«Neuf des 26 sites de déversement sont situés à l’intérieur des limites de l’arrondissement. Deux d’entre eux sont même situés dans le parc de la promenade Bellerive, où s’amusent régulièrement des enfants et où pêchent plusieurs citoyens. L’administration Coderre peut-elle nous garantir qu’il n’y aura pas d’impact sur les rives de l’arrondissement», demande Laurence Lavigne Lalonde, conseillère du district Maisonneuve – Longue-Pointe.

Sa formation politique n’est pas rassurée par les affirmations de l’administration Coderre, qui soutient que le déversement n’aura aucun impact sur la faune et la flore, ni sur la qualité de l’eau potable.

«La Ville nous promet que le déversement n’aura pas de conséquence, mais précise que le «panache» créé par le déversement restera sur la rive nord du Saint-Laurent. Nous supposons qu’elle possède des études pour appuyer ses dires, mais nous ne les avons jamais vues.

«Nous demandons à voir ces études et tout autre document pertinent qui nous permettront, une fois pour toutes, d’avoir des réponses à nos questions», a déclaré Éric Alan Caldwell, conseiller du district Hochelaga.

Des citoyens inquiets
La question a d’ailleurs rebondi au conseil d’arrondissement. Un résident inquiet, André Riendeau, a interrogé le maire sur le sujet. Il voulait en savoir davantage.

«Est-ce la solution idéale? Non de répondre M. Ménard, mais nous n’avons pas d’autres choix. J’aimerais bien que l’on nous trouve une alternative, mais il n’y en a pas.»

Dans les circonstances, le magistrat croit qu’il s’agit de la meilleure façon de procéder (déversement).

Les élus de Projet Montréal de MHM ne peuvent conclure à l’innocuité du déversement et estiment avoir droit, tout comme les citoyens, à des réponses documentées et fiables. Ils demandent à l’administration Coderre de faire preuve de transparence et de lui transmettre rapidement, par écrit, les études qui lui donneront l’assurance que le déversement n’aura aucun impact sur la qualité de l’eau et sur les rives de l’arrondissement.

Ce à quoi a souligné le maire Ménard que la prérogative de dévoiler les études sur le sujet relevait du ministère de l’Environnement.

 

Articles récents du même sujet