Montréal

La guerre de gangs «est déjà commencée» à Montréal

Photo: Félix O. J. Fournier/collaboration spéciale

Le président de la Fraternité des policiers de Montréal, Yves Francoeur, croit qu’une guerre de gangs de rue est déjà en cours à Montréal, surtout dans les secteurs de Rivière-des-Prairies et de Montréal-Nord.

Ces secteurs ont été secoués par plusieurs crimes violents au cours des dernières semaines.

«La guerre a repris entre les deux territoires, et selon nos gens sur le terrain, la situation est explosive, lance M. Francoeur en entrevue avec TC Media. Heureusement, il n’y a pas eu de victimes innocentes pour l’instant.» Il dénonce également un manque d’effectifs sur le terrain, en relatant une situation concrète survenue en septembre.

À Rivière-des-Prairies, secteur couvert par le poste de quartier 45 du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), les deux seuls duos de policiers qui étaient en devoir ont été affectés au service d’ordre pour couvrir les funérailles d’un présumé membre de gang de rue, de peur que l’événement dégénère. Aucun autre policier du territoire n’était disponible pour répondre à un éventuel appel d’urgence, dit-il.

«Il n’y a eu aucun appel d’urgence. Mais s’il y en avait eu un, ça aurait dû être couvert par des policiers d’un poste de quartier limitrophe», explique M. Francoeur. Ce dernier a ainsi réitéré les propos tenus au micro de Benoît Dutrizac durant une entrevue dans laquelle il a qualifié de «poudrières» les secteurs de Montréal-Nord et de Rivière-des-Prairies.

«Il y a deux volets. Le premier, c’est la répression. Les enquêtes sont en cours. Le deuxième, c’est la prévention. Après un événement violent, le SPVM veut se faire voir sur le terrain.» – Ian Lafrenière, responsable des communications au SPVM, qui estime que les forces policières disposent de ressources suffisantes

Plusieurs crimes violents, liés ou non aux gangs de rue, ont ébranlé Montréal-Nord et Rivière-des-Prairies récemment.

Le 3 et le 13 septembre, deux hommes dans la vingtaine ont perdu la vie dans des circonstances similaires, tous deux abattus dans une voiture.

Le 18 septembre, un homme de 24 ans, atteint de plusieurs projectiles sur le boulevard Maurice-Duplessis, a succombé à ses blessures. Puis, le 23 septembre, une tentative de meurtre est aussi survenue à Montréal-Nord.

En juillet, deux bagarres entre jeunes ont dégénéré à quelques jours d’intervalle à Montréal-Nord. Certains individus avaient subi des blessures plus sérieuses.

«On ne niera pas qu’il y a eu une série d’événements violents», reconnaît le commandant Ian Lafrenière, responsable des communications au SPVM. Mais il n’y voit pas nécessairement une reprise de la guerre entre groupes criminalisés.

Articles récents du même sujet