Montréal
14:27 23 janvier 2016 | mise à jour le: 23 janvier 2016 à 17:19 Temps de lecture: 3 minutes

Malgré la tendance, Saint-Léonard ne diffusera pas son conseil sur le Web

Malgré la tendance, Saint-Léonard ne diffusera pas son conseil sur le Web
Photo: Isabelle Bergeron/TC Media

Alors que 15 arrondissements sur 19 ont pris le virage vers la webdiffusion de leur séance du conseil au cours des dernières années, Saint-Léonard ne compte pas suivre le pas pour le moment.

Depuis l’arrivée des séances de Ville-Marie sur la Webtv, à l’automne dernier, seuls les conseils d’Anjou, Saint-Léonard, Saint-Laurent et LaSalle n’ont pas encore fait le saut vers le numérique.

«Nous souhaitons que tout le monde fasse la webdiffusion. C’est un geste empreint de transparence et qui permet de favoriser une conciliation travail-famille», indique Harout Chitilian, vice-président du comité exécutif de la Ville de Montréal et responsable des technologies de l’information et de la ville intelligente et numérique.

Toutefois, la ville-centre ne peut forcer les arrondissements à faire le saut. Selon la loi 33, les arrondissements peuvent gérer la régie interne de leur conseil d’arrondissement à leur guise.

«Nous prônons par l’exemple. C’est un pas dans la bonne direction pour la démocratie à Montréal», affirme M. Chitilian.

Loin d’être contre l’idée, le conseiller de Saint-Léonard, Dominic Perri, croit qu’il y a une meilleure façon de dépenser l’argent des citoyens.

«La webdiffusion coûte entre 15 000$ et 20 000$ et d’après ce que je comprends, il n’y a pas une grande participation citoyenne. Il faut faire un choix. Est-ce qu’on utilise le 20 000$ pour toucher environ 1000 personnes où si on le distribue dans nos organismes ou encore on embauche un autre inspecteur», fait valoir M. Perri.

Des rencontres personnalisées
Selon l’élu léonardois, la population du secteur n’attendra pas la séance du conseil mensuel pour obtenir une réponse à son problème. Elle va utiliser d’autres moyens, comme le téléphone, le courriel ou encore les rencontres du samedi, pour obtenir les réponses à ses questions.

«Les résidents veulent savoir ce qui les touche directement. Ils ont droit à un service beaucoup plus personnalisé lors des rencontres du samedi que s’ils regardaient la Webtv», laisse entendre l’élu léonardois.

M. Perri a ouvert plus de 1000 dossiers en deux ans à la suite de demandes citoyennes, lors de ses rencontres de la fin de semaine et du porte-à-porte.

«Ça ne compte pas les personnes qui sont venues nous poser des questions qui ne demandent pas d’ouverture de dossier ou encore pour des chicanes entre voisins», précise-t-il.

Pour informer la population des projets à venir, l’élu croit que les pamphlets et les lettres sont beaucoup plus efficaces qu’une possible webdiffusion.

«À Saint-Léonard, les dépliants fonctionnent bien et nous en imprimons énormément. Nous avons également notre journal Le Léonardois», ajoute M. Perri.

Même si pour le moment, l’arrondissement de Saint-Léonard ne compte pas faire le virage vers la webdiffusion, M. Perri laisse entendre qu’à long terme, il est possible que les séances du conseil soient disponibles sur leur site Internet.

Articles similaires