Actualités

Après l’agrile: de frêne à banc de parc

Après l’agrile: de frêne à banc de parc
Photo: Stéphanie Maunay/TC Media

Après le mobilier urbain sur certaines artères commerciales, des bancs en bois de frêne viendront agrémenter plusieurs lieux publics de Rosemont-La Petite-Patrie dans les prochains mois. L’arrondissement poursuit sa collaboration avec des organismes en réinsertion professionnelle dans sa démarche de revalorisation de cet arbre ravagé par l’agrile.

Plusieurs modules, dont des bancs circulaires et des chaises longues, seront installés d’ici la fin de l’été dans les parcs Joseph-Paré et Molson, très fréquentés par les familles.

« Il y avait un besoin dans ces lieux et surtout l’espace nécessaire, explique François Croteau, maire de Rosemont-La Petite-Patrie. Cela fait partie de la revitalisation de la rue Beaubien, mais il y aura d’autres parcs dans les prochaines années. »

Des bancs seront également installés le long de la piste des Carrières. L’arrondissement répond ainsi à une demande récurrente des utilisateurs qui cherchent à se reposer pendant leurs déplacements.

De plus, du mobilier urbain, comme des bacs à fleurs, seront implantés dans plusieurs ruelles vertes du territoire.

Double valorisation
Il s’agit de la deuxième phase du programme de revalorisation du bois de frêne, lancé en novembre dernier.

Depuis l’automne, une cinquantaine de pièces de mobilier urbain sont en préparation pour être installées, dans le courant du mois d’avril, sur la Promenade Masson et le boulevard Saint-Laurent.

Un projet conçu par des jeunes de 16 à 30 ans, éloignés du marché du travail, qui participent au programme Écolo-Boulot du Groupe information travail.

Quatre d’entre eux vont poursuivre leur collaboration avec l’arrondissement pour confectionner le mobilier destiné aux ruelles.

« Les jeunes ont un sentiment de fierté et de travail accompli. Ils voient qu’ils peuvent créer quelque chose de qualité. Cela leur permet de se projeter plus loin dans leur vie », souligne le coordonnateur d’Écolo-Boulot, Guillaume Veilleux.

Pour sa part, l’organisme Les Ateliers d’Antoine, qui aide également les jeunes à retrouver le chemin du travail, aura pour mission de confectionner et installer les bancs et diverses installations dans les parcs.

Une dizaine de travailleurs vont participer au projet, soutenu par plusieurs professionnels.

« Pendant un certain temps, nous faisions du bois d’allumage, mais ce n’est pas ce qui est le plus intéressant. Des bancs au parc Molson, c’est beaucoup plus valorisant. Tu peux dire à tes chums: « c’est moi qui l’ai fait ». Je dis souvent que notre mission est de changer le monde et c’est ce que l’on fait avec nos participants », appuie Marjoie Arice, directrice-générale des Ateliers d’Antoine.

Parallèlement à ces projets, l’arrondissement a intégré le bois de frêne pour l’entretien de ces installations, notamment les estrades de terrain de baseball ou encore les tables à pique-nique. « Pour une première année, nous n’avons pas eu à acheter de bois pour effectuer ce type de travaux. Nous devenons auto-suffisant avec le bois de frêne », souligne M. Croteau.

Un budget de 65 000$ sera octroyé pour la réalisation de ce deuxième volet de revalorisation.

Jusqu’à présent, près de 400 frênes ont été réutilisés par l’arrondissement qui a dû en abattre 1500 cette saison, en raison de la présence d’agrile.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *