Montréal
09:58 4 mai 2016 | mise à jour le: 4 mai 2016 à 10:41 Temps de lecture: 3 minutes

Le Sud-Ouest interdira les services à l’auto

Le Sud-Ouest interdira les services à l’auto
Photo: Hugo Lorini / TC Media

Le Sud-Ouest deviendra le quatrième arrondissement montréalais à interdire sur son territoire tous les nouveaux services à l’auto. Une décision qui inquiète les grands groupes de restauration.

Le restaurant McDonald situé dans Saint-Henri est le seul établissement dans l’arrondissement à avoir un service à l’auto.

Pour l’administration municipale, le service au volant présente des inconvénients. Leur intégration est difficile dans des quartiers densément construits comme ceux du Sud-Ouest. Ils constituent des îlots de chaleur. L’arrondissement fait aussi un lien avec la sécurité des piétons et des cyclistes.

«Ce n’est pas dans l’ADN des quartiers anciens de faire ce type d’aménagements. Compte tenu de la densité du cadre bâti, il n’est pas souhaitable qu’ils se multiplient sur le territoire», a soutenu lundi, lors de la consultation publique sur le changement, Sylvain Villeneuve, directeur de l’aménagement urbain et du patrimoine.

50% du chiffre d’affaires
«Le service à l’auto est une tendance à la hausse. L’interdire irait à l’encontre de ce qu’on observe», souligne Sylvain Godard, directeur en chef du développement de restaurants pour la région de l’Est chez McDonald. «Pour l’ensemble des restaurants McDonald situés sur l’île de Montréal, ce sont 51% des clients qui utilisent le service à l’auto», affirme-t-il.

Bruno Beaulieu, directeur du développement des affaires pour l’Est du Québec chez Tim Hortons, avance des données similaires. «Pour nous, ça fait une énorme différence», affirme-t-il.

Selon M. Godard, McDonald n’a pas de projets d’expansion pour le moment dans le Sud-Ouest. Mais l’entreprise est clairement inquiète face à ce changement déjà adopté par d’autres arrondissements. Bruno Beaulieu se montre aussi discret sur les projets de Tim Hortons dans l’arrondissement. «L’entreprise est en croissance au Québec», se limite-t-il à commenter.

Droit acquis
Normand Renaud, propriétaire du restaurant McDonald de Saint-Henri, est inquiet face au changement réglementaire. «C’est plus de la moitié du chiffre d’affaires», souligne-t-il. Le commerce est ouvert 24 heures par jour. La nuit, il n’y a que le service au volant qui fonctionne.

Mais le restaurateur ne sera pas affecté. «L’entreprise qui a déjà un service à l’auto a un droit acquis», précise Anne-Marie Sigouin, conseillère municipale et présidente du comité consultatif d’urbanisme.

Normand Renaud pourrait toutefois perdre ce droit dans le cas de travaux de rénovations majeurs touchant ce service. «À court terme, nous n’avons rien de prévu dans ce sens», indique celui qui voit ce changement d’un mauvais œil.

Cette interdiction fait partie d’une série de modifications que l’arrondissement va apporter à son règlement d’urbanisme.

Sylvain Godard a demandé à l’arrondissement de reporter l’adoption en deuxième lecture de ces changements prévue pour juin. Il a dit vouloir travailler avec l’administration municipale afin de trouver des solutions pour une intégration harmonieuse des services à l’auto.

«Le service au volant ne sera pas interdit dans l’absolu. Ce sera étudié au cas par cas, insiste Anne-Marie Sigouin. Comme pour tout règlement, il pourrait y avoir une demande de dérogation.»

Les arrondissements de Verdun, Saint-Laurent et Rosemont-La Petite-Patrie ont déjà interdit tout nouveau service au volant sur leur territoire. L’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce a décidé de les confiner à certains secteurs.

Articles similaires