National

Jean Charest et Marc Bibeau auraient été surveillés par la police jusqu’en 2016

Jean Charest Photo: Chantal Lévesque/Archives Métro

L’Unité permanente anticorruption (UPAC) a surveillé l’ancien premier ministre du Québec, Jean Charest, et l’ancien grand argentier du Parti libéral du Québec (PLQ), Marc Bibeau, «au moins jusqu’en 2016», selon des informations publiées par le Journal de Montréal et TVA.

Cette surveillance s’est inscrite dans le cadre de l’enquête Mâchurer. Elle vise à faire la lumière sur le financement politique illégal en contrepartie de contrats publics.

D’après le Bureau d’enquête de Quebecor, les passages des deux hommes aux douanes canadiennes ont été scrutés. Des informations sur le passeport de M. Charest ont été recueillies, de même que des renseignements familiaux et bancaires personnels concernant les deux hommes. Le Journal de Montréal affirme de plus que les policiers ont cherché à intercepter leurs communications privées, sans toutefois pouvoir préciser s’ils avaient réussi à le faire.

Toujours selon le Journal de Montréal, les principaux intéressés, ainsi que l’UPAC, n’ont pas émis de commentaires à propos de ces révélations.

 

Articles récents du même sujet