National
15:16 4 juin 2018 | mise à jour le: 4 juin 2018 à 15:32 Temps de lecture: 2 minutes

Une boîte d’ampoules sème l’émoi à l’UQTR

Une boîte d’ampoules sème l’émoi à l’UQTR
Photo: Getty ImagesWASHINGTON - JANUARY 16: Brian Komar, chair of the NEXT political action committee, holds a box of blue light bulbs and fliers in an effort to raise awareness that an overwhelming amount of voters voted for Sen. John Kerry in the nation's capital during the 2004 Presidential Election January 16, 2005 in Washington, DC. The campaign is titled ?Paint The Town Blue,? and volunteers are handing out Blue Zone signs, t-shirts, and bumper stickers. (Photo by Matthew Cavanaugh/Getty Images)

Un tout petit autocollant sur une banale boîte d’ampoules de remplacement a semé l’émoi sur le campus de l’Université du Québec à Trois-Rivières, lundi.

Les policiers municipaux ont reçu un appel vers 11h15 signalant la présence d’un colis suspect dans un stationnement devant une aile de l’UQTR.

Il s’agissait d’une boîte de bois jaune arborant un autocollant sur lequel on pouvait lire «Convergence G-7», une référence à des groupes de manifestants opposés aux politiques des pays du G7.

Ne prenant aucun risque, les policiers ont érigé un périmètre de sécurité et, en collaboration avec les services de sécurité de l’institution, ont déplacé les gens dont les bureaux étaient face au stationnement ailleurs dans l’université.

Les pompiers trifluviens ont également été mandés sur les lieux et un poste de commandement a été érigé.

Après avoir rencontré des témoins, les enquêteurs ont finalement appris de la part d’un travailleur que la boîte en question contenait des ampoules électriques et avait été placée à cet endroit précis afin de réserver des espaces de stationnement pour procéder au remplacement d’ampoules dans des lampadaires sur le terrain de stationnement.

Bien qu’ils aient réussi à faire la lumière sur le contenu du colis suspect, les policiers n’étaient pas en mesure de déterminer si l’autocollant se trouvait déjà sur la boîte lorsque celle-ci a été déposée dans le stationnement ou s’il avait été apposé par la suite par un plaisantin ou un protestataire désireux d’ajouter son propre éclairage idéologique au débat entourant la réunion du G7.

Articles similaires