National

G7: Justin Trudeau doit garder la tête froide

G7: Justin Trudeau doit garder la tête froide
Photo: Sean Kilpatrick / La Presse CanadienneSean Kilpatrick / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau ne doit pas se laisser distraire par les «provocations de cour d’école» du président américain Donald Trump, selon le président-directeur général de la Chambre de commerce du Canada, Perrin Beatty.

Celui qui a occupé sept postes de ministre dans les gouvernements progressistes-conservateurs de Joe Clark, Brian Mulroney et Kim Campbell entre 1984 et 1993 dit en entrevue n’avoir jamais vu un climat aussi tendu.

«Je suis très inquiet parce que j’ai regardé la mêlée de presse du président à l’extérieur de la Maison-Blanche avant qu’il quitte (pour le Canada) et il a réitéré ses commentaires sur le Canada et le G7, a-t-il dit en entrevue. J’espère qu’il sera disposé à trouver un terrain d’entente et trouver des solutions au lieu de créer des problèmes.»

Il enjoint au gouvernement de continuer de construire une bonne relation avec les États-Unis, tout en précisant qu’il faut faire une distinction entre le peuple américain et l’administration Trump.

«C’est vraiment important qu’il garde la tête froide face à cette administration, qu’il ne se laisse pas distraire par des provocations de cour d’école et de continuer à voir les choses à long terme», a-t-il ajouté.

Justin Trudeau et Donald Trump doivent se rencontrer dans le cadre du Sommet du G7 vendredi en fin d’après-midi sur fond de guerre commerciale.

Donald Trump a lancé quelques attaques virulentes sur Twitter en début de journée, accusant le Canada d’imposer des tarifs de 270 pour cent sur les produits laitiers américains.

M. Beatty a répliqué au président américain sur le réseau social en soulignant que les États-Unis ont plutôt un excédent commercial de 500 millions $ dans ce secteur en plus d’une balance commerciale globale avec le Canada qui lui est favorable.

«Personne ne gagne dans une guerre commerciale, a-t-il lâché. Tout ce que nous pouvons espérer, c’est qu’elle se termine le plus rapidement possible avec le moins de dommages possible, car plus elle durera, plus il y aura de dommages», a-t-il souligné.

L’administration Trump a imposé des droits d’importation de 25 pour cent sur l’acier et de 10 pour cent sur l’aluminium au Canada, au Mexique et à l’Europe. Le gouvernement Trudeau a répliqué en imposant des surtaxes sur des importations d’acier, d’aluminium et d’autres produits importés des États-Unis pouvant atteindre 16,6 milliards $.

M. Beatty craint que les tarifs américains ne finissent par mener à des pertes d’emploi au Canada en plus de faire augmenter le prix des biens de part et d’autre de la frontière.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *