National

Un remorqueur vogue vers un porte-conteneurs en feu

In this Dec. 31, 2018 photo provided by the U.S. Coast Guard, a Coast Guard HC-130 Hercules aircrew flies over the 650-foot Sincerity Ace on fire 1,800 nautical miles northwest of Oahu in the Pacific Ocean. The U.S. Coast Guard is suspending its search for a crew member from a vessel carrying cars from Japan to Hawaii who went missing after the ship caught fire. The Coast Guard made the decision to suspend the search for the Sincerity Ace crew member on Wednesday, Jan. 2, 2019. (U.S. Coast Guard via AP) Photo: The Associated Press

HALIFAX — Les équipes travaillant à éteindre un incendie qui brûle depuis quatre jours à bord d’un grand porte-conteneurs au large de la côte est du Canada font face à de grands défis, a déclaré un expert de sécurité en mer.

Faisal Khan, professeur d’ingénierie à l’Université Mémorial, a fait cette observation lundi après l’arrivée d’un deuxième navire de soutien pour aider à lutter contre les flammes à bord du Yantian Express, haut de 320 mètres, qui avait signalé l’incendie jeudi dernier.

Plusieurs conteneurs sur le navire à destination de Halifax étaient toujours en train de brûler lundi après-midi.

L’équipage du navire a peut-être été formé pour faire face aux incendies dans la salle des machines et les aires d’habitation, mais une cargaison qui brûle n’est pas la même chose, a indiqué M. Khan, qui est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en sécurité côtière et ingénierie du risque à l’université située à Saint-Jean, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Les incendies provoqués par les polymères dans les articles en plastique, par exemple, peuvent produire des émanations toxiques pouvant être mortelles.

Tim Seifert, un porte-parole de la multinationale Hapag-Lloyd, a déclaré lundi que «l’accent était mis sur la maîtrise du feu».

M. Seifert a confirmé dans un courriel que le navire d’assistance de 95 mètres, Maersk Mobiliser, établi à Terre-Neuve, avait atteint le porte-conteneurs à environ 1500 kilomètres à l’est de Halifax. Il a ajouté que le bateau avait rejoint le Smit Nicobar, un navire de soutien belge de 71 mètres qui est arrivé vendredi soir.

Le Smit Nicobar est équipé de dispositifs de surveillance des incendies fixes — un type de canon à eau capable de pomper de grandes quantités d’eau pour éteindre les incendies.

Les 23 membres d’équipage du Yantian Express ont été transférés sur le Smit Nicobar.

Aucun blessé n’a été signalé et l’ampleur des dommages causés au plus gros navire n’a pas encore été déterminée.

Un porte-parole de la Garde côtière américaine a déclaré que le plan était de faire remorquer le porte-conteneurs par le Maersk Mobiliser à Halifax, bien qu’il ne soit pas clair comment cela pourra être réalisé.

M. Khan a souligné que le remorquage d’un navire en feu présenterait d’autres risques.

«Remorquer une cargaison en feu constituerait un risque trop grand pour le cargo et le remorqueur», a-t-il indiqué, ajoutant que le remorquage d’un navire en feu dans le port serait encore plus risqué.

«Si je ne suis pas sûr à 100% de ce que ma cargaison contient et de l’impact de l’incendie, je serais extrêmement vigilant pour l’amener vers la terre.»

Le porte-conteneurs de 320 mètres, parti de Colombo, au Sri Lanka, voguait jeudi vers Halifax lorsqu’un incendie s’est déclaré à l’intérieur d’un conteneur situé sur le pont avant du navire.

Articles récents du même sujet