National
21:32 14 septembre 2020 | mise à jour le: 15 septembre 2020 à 12:51 temps de lecture: 4 minutes

Erin O’Toole ouvert à des changements à la Loi sur les langues officielles

Erin O’Toole ouvert à des changements à la Loi sur les langues officielles
Photo: Ryan Remiorz/La Presse canadienneErin O'Toole et François Legault à Montréal, le 14 septembre 2020, au bureau de Legault à Montréal.

Le nouveau chef du Parti conservateur du Canada, Erin O’Toole, était de passage à Montréal aujourd’hui où il a rencontré le premier ministre du Québec, François Legault, en matinée. M. O’Toole s’est dit enchanté de la rencontre et a évoqué de grandes discussions dans un esprit de collaboration.

Les deux hommes, masqués, se sont tenus à bonne distance loin l’un de l’autre durant la rencontre. Pas question pour M. Legault de semer la controverse comme ce fut le cas à la suite de sa rencontre avec le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, la semaine dernière.

Par la suite, M. O’Toole a rencontré la presse où il a été question de langue française, d’économie, de pipelines, d’environnement, de climat et, bien sûr, de la crise du coronavirus.

Le nouveau chef a assuré qu’il respecterait les compétences des provinces en matière de langue et qu’il «respecterait la langue française», ce qui plaira certainement à M. Legault.

Rappelons qu’au cours de la dernière année, le Parti conservateur du Canada s’est positionné en faveur de la modernisation de la Loi sur les langues officielles, adoptée en 1969. Leur plate-forme comportait d’ailleurs une proposition en ce sens.

Cela plaira aussi aux Jeunes libéraux qui, réunis à l’approche du début de la session parlementaire à Québec, ont adopté plusieurs positions visant à protéger la langue française au Québec.

Par exemple, ils souhaitent l’application de la loi 101 à toutes les entreprises de compétence fédérale, ainsi que son respect dans toutes les PME de 49 employés et moins.

«Il est important que chaque Québécoise et Québécois puisse travailler et communiquer en français au travail, s’il le souhaite. Les travailleuses et travailleurs ne devraient pas être discriminés alors qu’ils maîtrisent la seule langue officielle du Québec. Lorsqu’une entreprise opère au Québec, elle doit offrir un environnement de travail en français», a fait savoir la présidente des Jeunes libéraux, Frédérique Lavoie-Gamache, dans un communiqué.

Sur l’économie

Quant à savoir comment le Parti conservateur reviendrait à l’équilibre budgétaire dans 10 ans, M. O’Toole s’est montré un peu vague dans ses réponses.

Entre autres éléments, il s’est dit favorable à une hausse des transferts aux provinces et aux territoires en matière de santé.

Pour ce qui est de l’idée de produire un seul rapport d’impôt au Québec, M. O’Toole s’est dit ouvert à cette idée, mais il ne prendra pas de décision avant d’avoir consulté ses collègues, les syndicats et «les gens de Shawinigan» a-t-il dit.

Questionné sur Trans Mountain, il a rappelé l’importance des ressources naturelles pour l’Ouest canadien et pour l’économie canadienne. Il a aussi mentionné le projet de GNL Québec sans trop s’avancer toutefois.

La question de la pandémie

M. O’Toole, un avocat né à Montréal, a déploré la gestion de la COVID-19 de Justin Trudeau. Celui-ci juge que le premier ministre a mal géré la crise et a affirmé qu’il était temps de mettre de l’ordre dans les affaires de l’État «après quatre ans de selfies», faisant référence aux nombreux égoportraits du premier ministre ces dernières années.

En parcourant le site internet de M. O’Toole, on apprend que le nouveau chef du parti conservateur s’engage à «convoquer une Commission royale sur la pandémie dans les 100 jours suivant son arrivée au pouvoir pour s’assurer que toutes les leçons tirées de la crise sont diffusées publiquement et mises en pratique immédiatement».

À l’aube de la rentrée parlementaire, un discours du Trône étant prévu le 23 septembre, M. O’Toole a rappelé qu’à la suite de la pandémie, tous doivent travailler ensemble pour bâtir un Canada plus fort. Et advenant la fameuse deuxième vague tant redoutée, le chef des conservateurs a dit qu’il faudra faire le nécessaire pour éviter les mises à pied et les fermetures.

Le chef du Parti conservateur a par ailleurs assuré qu’il allait se bâtir une solide équipe au Québec en vue des prochaines élections fédérales

Erin O’Toole a été élu à la Chambre des communes du Canada à l’automne 2012. L’ex-ministre des Anciens combattants dans le gouvernement de Stephen Harper s’est porté candidat à la tête du Parti conservateur du Canada en 2020 et a été élu au troisième tour de scrutin.

Articles similaires