National
12:49 24 août 2020 | mise à jour le: 24 août 2020 à 12:51 temps de lecture: 3 minutes

Erin O’Toole est le nouveau chef du Parti conservateur

Erin O’Toole est le nouveau chef du Parti conservateur
Photo: Page Facebook d'Erin O’TooleErin O’Toole

Après trois tours et de longues heures d’attente, Erin O’Toole a finalement remporté la chefferie du Parti conservateur du Canada tôt lundi matin. Il a recueilli 57% des suffrages exprimés par les militants.

Erin O’Toole crée ainsi la surprise en devançant le candidat donné favori dans les sondages, Peter MacKay, de près de 15 points.

Dans son discours, le nouveau chef des conservateurs a d’abord remercié ses trois adversaires. Puis celui qui est né à Montréal et grandi en Ontario a évoqué en français le Québec. Il parle d’une «équipe incroyable qui fait honneur au deal des deux peuples fondateurs». Erin O’Toole a également eu l’occasion de rencontrer «des centaines de Québécois à Montréal, Trois-Rivières, Québec, et dans le Saguenay. Merci de m’avoir reçu chez vous pour parler d’économie, de santé, et d’agriculture» a-t-il poursuivi.

Le successeur d’Andrew Scheer a insisté sur le rôle de la province dans la prise de décisions: «et je le dis à vous tous: les Québécois nationalistes ont une place importante dans le Parti conservateur.»

«Oui, je parle comme un anglo… mais un anglo qui respecte les francophones et qui est fier du français dans notre pays. Je suis en politique pour me battre pour tous les Canadiens et nos deux langues nationales» a-t-il aussi dit.

Front contre Justin Trudeau

Erin O’Toole a mis en lumière trois grands thèmes pour son mandat: unir le parti conservateur, être debout «pour nos valeurs», «et démontrer, encore une fois, que Justin Trudeau affaiblit le Canada. Mais je ne vais pas juste critiquer les Libéraux. Nous allons proposer une vision d’un Canada plus fort, plus uni, et plus prospère. Une vision positive conservatrice» promet-il.

Selon lui, «avec les libéraux, le Canada est devenu un pays risqué pour investir». «Il faut redonner confiance aux employeurs, aux PME, et aux innovateurs. Il faut leur rappeler c’est possible pour le Canada d’être un des meilleurs endroits au monde pour faire des affaires.»

De leur côté, les libéraux espèrent compter sur Erin O’Toole pour «bâtir un Canada plus sain, plus sûr, plus vert, plus juste et plus compétitif» même si leurs opinions divergent, selon un communiqué.

Suzanne Cowan, présidente du Parti libéral, n’a cependant pas hésité à critiquer les politiques défendues par le chef de l’opposition officielle. Il s’agit «notamment [de] la réduction des services sur lesquels les Canadiens comptent, l’affaiblissement des lois canadiennes sur le contrôle des armes à feu et l’annulation de nos mesures de lutte contre les changements climatiques» qui feraient reculer le pays d’après elle.

Articles similaires