National
09:18 22 juin 2021 | mise à jour le: 22 juin 2021 à 09:18 Temps de lecture: 4 minutes

Pour 22% des Québécois, la situation serait pire qu’avant la pandémie selon un sondage

Pour 22% des Québécois, la situation serait pire qu’avant la pandémie selon un sondage
Photo: 123RFLa COVID-19 a apporté de nombreux changements dans le mode de vie et les habitudes des Québécois et des Canadiens.

Près de 22% des Québécois seraient dans une situation pire qu’avant la pandémie, que ce soit au niveau financier, de la santé ou du mode de vie. C’est le résultat frappant d’un sondage Léger qui s’intéresse en particulier aux changements dans la vie quotidienne après le passage de la pandémie de la COVID-19. Ce sondage a été réalisé auprès de 1542 Canadiens, dont 29% s’estiment dans une situation plus préoccupante qu’avant.

A contrario, 13% des Québécois seraient dans une situation qu’ils estiment meilleure qu’avant la pandémie alors que 65% la perçoivent comme inchangé. Des chiffres un peu plus optimistes qu’au niveau national.

Des changements dans nos modes de vie

La COVID-19 a bouleversé notre quotidien et a apporté des changements sur nos comportements et nos habitudes de consommation, mais aussi sur notre santé physique.

Ainsi, 39% des Canadiens estiment non seulement avoir pris du poids durant ces mois de pandémie, mais 37% relatent que leur niveau d’exercice a lui diminué. Alors que la prise de poids serait chiffrée en moyenne à 16 livres par les interrogés, les 19% de Canadiens ayant au contraire augmenté leur cadence d’exercice, ont consacré 5 heures supplémentaires au sport par semaine.

Autre changement d’habitude, celui de la consommation d’alcool et de cannabis. Pendant ces longs mois de confinement et alors que les bars et restaurants étaient fermés, 16% des Canadiens ont vu leur consommation d’alcool augmenté (pour une part en moyenne à 6,3 consommations supplémentaires par semaine). Pour les consommateurs de cannabis, cette hausse se situe à 9% pour les Canadiens (soit 5,6 consommations de plus par semaine), et 5% pour les Québécois, soit le plus faible taux du pays.

Au niveau financier, si la majorité (52%) des Canadiens n’ont pas perçu de changement dans leur revenu disponible tous les mois, 30% estiment au contraire que celui-ci a baissé alors que 14% l’ont vu augmenter avec en moyenne 265,5$ de plus par mois.

Malgré ce potentiel revenu supplémentaire, les jeux d’argent en ligne, paris sportifs, casino et autres loterie et jeux à gratter, n’ont pas connu une flambée de leur consommation. Concernant la loterie et les jeux à gratter, 44% des Canadiens n’ont pas augmenté leur consommation durant la pandémie alors qu’une part égale, 11% ont soit augmenté (30,4$ de plus par semaine) ou baisser leur dépenses dans ces pratiques.
Les taux sont encore plus faibles pour les jeux d’argent en ligne, paris sportifs ou les casinos avec seulement 6% de hausse (pour 74,8$ supplémentaires par semaine) et 7% de baisse alors que 22% estiment que leurs dépenses sont restées inchangées.

Un retour à la normale pour les prochains mois?

Interrogés par la suite sur l’avenir post-pandémie alors que la situation s’améliore et sur un retour à la normale dans les habitudes des Canadiens et des Québécois, certains résultats avancés par les interrogés semblent répondre aux changements subis durant ces derniers mois.

Ainsi, 36% des Canadiens interrogés vont voir selon eux leur niveau d’exercice augmenter, alors que 35% veulent voir leur poids baisser au cours des prochains mois. Pour la part des Québécois interrogés, 52% ne prévoient pas de changement alors 29%, le plus faible taux du pays, estiment que leur poids va baisser.

Si la majorité des Canadiens interrogés ne voient pas de changements à l’avenir dans leur consommation d’alcool, 12% estiment qu’ils vont néanmoins baisser leur consommation, contre 8% pour l’augmenter. Pour le cannabis, les taux sont encore plus bas avec seulement 2% qui vont tendre vers une augmentation tandis que 5% vont diminuer.

Pour 59% des Canadiens, leur revenu ne devrait pas connaître de changement au cours des prochains mois alors qu’à parts égales, 15% des interrogés estiment que celui-ci va soit augmenter, soit diminuer.

Enfin, un retour à la normale n’aura quasiment pas d’incidence sur l’augmentation ou la baisse de la consommation des jeux en ligne et autre loterie. Alors que la majorité ne voit pas de changement dans les dépenses consacré à la loterie et les jeux à gratter, 6% vont l’augmenter tandis que 8% pensent baisser leur consommation. Ces taux sont encore plus faibles pour les jeux en ligne, paris sportifs et casino avec seulement 2% de hausse pour les Canadiens interrogés et 8% de baisse prévue.

Articles similaires