Soutenez

Oppositions: une mise à jour économique sans ambition

Photo: Ibrahim Akcengiz - istock

Le gouvernement Legault a présenté une mise à jour économique qui prévoit une potentielle récession. Différentes mesures d’aide et de stimulation économique ont été annoncées et certaines ne prendraient effet que si une récession frappe bel et bien en 2023. Les différentes formations d’opposition considèrent que les mesures annoncées manquent d’ambition.

Rien pour le transport

Pour Québec Solidaire (QS), la deuxième opposition, les mesures annoncées sont trop faibles et ne touchent pas certains secteurs clés qui constituent des sources de dépenses importantes pour les ménages québécois. «Rien de nouveau pour les logements, pour les travailleurs et le transport», a déclaré Harroun Bouazzi, député de Maurice-Richard.

Christine Labrie (QS), la députée de Sherbrooke, a maintenu que le fait qu’aucun fonds d’aide pour les sociétés de transport n’ait été proposé est une occasion manquée alors que celles-ci sont des institutions positives pour l’environnement et qu’elles crient actuellement à l’aide. En ne leur offrant pas d’aide via les mesures annoncées avec la mise à jour économique, «le gouvernement ouvre la porte à une diminution de l’offre de service et à une hausse des coûts», dit-elle.

Des mesures qui ne s’attaquent pas à la source

Le chef du Parti Québécois (PQ), Paul Saint-Pierre Plamondon, considère que les mesures d’aide mises en place par le gouvernement et celles qui ont été proposées ont pour défaut d’être des mesures à court terme. Pour le PQ, les mesures d’aide vont aider les Québécois, mais puisque rien n’est fait pour s’attaquer aux sources de la hausse du coût de la vie, notamment à l’imputabilité des pétrolières qui augmentent le prix de l’essence, la structure derrière l’inflation demeurera problématique à long terme.

«Le chèque aide, mais le chèque s’évapore rapidement, il transite dans notre poche et s’en va en profit aux pétrolières»

Paul Saint-Pierre Plamondon, chef du Parti Québécois

Le député Joël Arseneau (PQ), qui accompagnait PSPP, a aussi accusé le gouvernement d’ignorer «la crise de la santé mentale», avec le manque de mesures pour augmenter l’offre et l’accessibilité des soins de santé mentale.

Un éléphant dans la pièce

Pour le Parti libéral du Québec (PLQ), le gouvernement a complètement ignoré un sujet essentiel de la situation économique québécoise.

«L’éléphant dans la pièce, c’est la pénurie de main-d’œuvre. Aucune mesure, ici, n’est proposée pour y remédier», dénonce le député Frédéric Beauchemin.

Selon M. Beauchemin et le chef intérimaire du PLQ, Marc Tanguay, la pénurie de main-d’œuvre a une incidence sur l’accès aux services parfois essentiels.

Le PLQ avance aussi que la CAQ n’a pas été assez généreuse avec son chèque de 2000$ aux 70 ans et plus, car ce chèque sera imposable.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.