National

La parole à… Sophie Prégent, porte-parole du guide Acheter vert

Que contient le guide concrètement?
Le guide de 64 pages n’a pas  pour but de faire la morale aux Québécois. Il sert à informer et à donner des trucs. Prendre cinq minutes pour regarder le contenu et le contenant de chaque produit qu’on met dans son panier, ce n’est pas réaliste. Le guide est donc un outil pour mieux informer et pour voir les choses autrement.

Les bonnes intentions des Québécois semblent réelles. Ont-ils simplement besoin d’une petite poussée pour agir?

Si j’ai le choix entre un détergent biodégradable et un autre qui ne l’est pas, je vais évidemment choisir le premier. Mais je ne ferai pas cinq kilomètres à pied pour changer de dentifrice. On vit dans une société créée pour les consommateurs, c’est la réalité. On ne peut pas non plus se mettre tout le poids de la planète sur les épaules. Je ne peux pas ramer toute seule, mais en gang, c’est possible. Chacun doit faire sa part, mais les grandes sociétés, les grandes surfaces, les grandes marques doivent faire un effort.

Il semble parfois difficile de discerner le vrai du faux dans la consommation responsable.
C’est effectivement rendu très à la mode d’être vert. Le consommateur doit être attentif et faire la différence entre perception et réalité verte. Le message publicitaire qui vante les vertus vertes d’une automobile est un exemple. Par définition, une automobile, ça ne peut pas être vert…      

Guide Acheter vert, en kiosque demain (5,95$)

Articles récents du même sujet