National
13:54 4 août 2015 | mise à jour le: 4 août 2015 à 17:28 Temps de lecture: 3 minutes

Mulcair affirme que le NPD est «le pire cauchemar» des conservateurs

Mulcair affirme que le NPD est «le pire cauchemar» des conservateurs
Photo: Yves Provencher/Métro

En donnant le coup d’envoi à sa campagne montréalaise hier, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, a affirmé que son parti était «le pire cauchemar» du Parti conservateur (PCC).

M. Mulcair réagissait ainsi aux propos que le premier ministre conservateur, Stephen Harper, a tenus lundi, comme quoi les députés québécois du NPD formaient «le groupe le plus inefficace» de l’histoire du Parlement canadien.

Lors du point de presse, M. Mulcair a affirmé que les néodémocrates ont «tenu tête» au gouvernement majoritaire de M. Harper, alors que les libéraux (PLC) se sont laissés écraser par le «rouleau compresseur» du PCC sous leurs deux derniers chefs, Michael Ignatieff et Stéphane Dion.

M. Mulcair a fait miroiter les réalisations des députés de son parti, comme l’abolition de la taxe sur les produits hygiéniques féminins, les frais bancaires abusifs et les microbilles dans les produits cosmétiques.

Député d’Outremont, M. Mulcair a exhorté les Canadiens à «compléter la vague orange» qui a débuté au Québec lors de l’élection fédérale de 2011, avec l’élection de 59 députés néodémocrates dans la province.

«Pour la première fois de son vécu, avec le NPD, [Stephen Harper] a fait face à une opposition coriace, réelle et déterminée.» -Thomas Mulcair, chef du Nouveau Parti démocratique

Le chef néodémocrate a d’ailleurs profité de son point de presse pour se démarquer de ses adversaires en abordant la controversée loi antiterroriste C-51.

«Nous avons été capable de montrer aux Canadiens comment cette loi est dangereuse pour nos droits et libertés. M. Harper a voté pour, les libéraux ont voté pour, seulement le NPD s’est dressé contre C-51», a-t-il fustigé.

En consultant le rôle du vote final sur l’adoption de cette loi à la Chambre des communes, Métro a toutefois pu constater que deux députés du Parti vert, deux députés du Bloc québécois, un député de Forces et démocratie et un député indépendant ont aussi voté contre.

M. Mulcair a d’ailleurs répété deux promesses qu’il avait faites avant que la campagne ne soit lancée, soit d’établir un salaire minimum fédéral de 15$ de l’heure et de ne pas imposer de péage sur le futur pont Champlain.

Il a aussi vivement réitéré son intention d’abolir le Sénat. «Je me suis juré de tout faire pour nous débarrasser de cette institution vétuste», a-t-il lancé.

Articles similaires