Politique

Projet Montréal veut stimuler la construction de logements étudiants abordables

Le Ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, et la mairesse de Montréal, Valérie Plante, avaient annoncé le 3 juin des investissements pour la construction de la Rose des vents, un projet de l'Unité de travail pour l'implantation de logement étudiant (UTILE), qui comptera 123 logements destinés en priorité à une clientèle étudiante à Montréal. Photo: Josie Desmarais/Journal Métro

La cheffe de Projet Montréal, Valérie Plante veut miser sur l’attractivité et la qualité de vie montréalaise pour les étudiants d’ici et d’ailleurs. Si réélue, Mme Plante soutiendrait la construction de 2000 nouveaux logements abordables au cours du prochain mandat.

Ce soutien passerait par des subventions accordées à de nombreux OBNL pour la construction de logements étudiants. Les subventions pourront atteindre 40 M$ sur 4 ans.

La mairesse de Montréal a qualifié le logement étudiant abordable comme un levier économique, alors que la Montréal se hisse à la première place des villes étudiantes au Canada, et à la 10e au niveau mondial.

«Il faut voir plus loin. Quand on investit dans le logement étudiant abordable, c’est payant pour tout le monde. On investit dans l’économie d’aujourd’hui et à long terme. Ces étudiants ce sont les talents de demain.»

Valérie Plante, Cheffe de Projet Montréal

Younes Boukala, conseiller d’arrondissement de J.-Émery-Provost et président de la Commission des jeunes éluEs de l’Union des municipalités du Québec, a également annoncé que Projet Montréal mettrait sur pied «un observatoire du logement étudiant pour analyser et développer les meilleures pratiques en matière de logement étudiant».

Cet observatoire impliquerait des partenaires clés en logements comme l’UTILE et le Conseil Jeunesse de Montréal.

Laurent Levesque, co-fondateur et directeur général de l’UTILE a salué l’engagement pris par Projet Montréal. M. Levesque «invite les autres candidats à la mairie à annoncer eux aussi leurs cibles et stratégies pour développer la capacité d’accueil de Montréal comme métropole universitaire.»

Élargissement du droit de préemption de la Ville

Mme Plante a souligné que le principal obstacle au développement de logements étudiants est la rareté des terrains. Ainsi, la Ville souhaite accélérer le processus d’achat de terrains en élargissant son droit de préemption de dès 2022.

En effet, la Ville peut cibler certains terrains où elle peut intervenir devant un acheteur potentiel, tels que le logement social et les parcs.

Lors de la campagne électorale de 2017, Mme Plante s’était également engagée à la construction de 12 000 logements sociaux et abordables.

En 2020, la vérificatrice générale la ville avait pointé du doigt l’état d’avancement du projet. Aucun logement social ou abordable dans le cadre du programme AccèsLogis de la Ville n’était encore habité ou en construction l’automne dernier.

En février dernier, si la ville de Montréal accusait un retard dans la création de logements sociaux avec 61% des 6000 unités promises, elle affirme s’approcher de son objectif d’ici la fin 20201. À noter que cette création inclue la rénovation de logements déjà existants.

M. Beaudry, le responsable de la gestion et planification immobilière, de l’habitation, des grands parcs et du parc Jean-Drapeau au sein du comité exécutif de la Ville de Montréal, explique que cet élargissement du droit de préemption au logement étudiant « permettra de mettre la main sur des bâtiments » pour répondre à un besoin croissant de la communauté étudiante.

Articles récents du même sujet