Politique

Valérie Plante dévoile une nouvelle génération de candidates

La cheffe de Projet Montréal, Valérie Plante, a présenté une équipe de candidates au Parc Martin Luther King, dont la candidate Gracia Kasoki Katahwa (sur la photo). Photo: Josie Desmarais/Métro

La mairesse de Montréal a dévoilé aujourd’hui huit candidates qui représentent «le nouveau visage, le nouveau souffle» de Projet Montréal dans plusieurs arrondissements.

Les 8 femmes aux expertises et parcours variés qui se joignent à Projet Montréal «marquent l’évolution du parti, une nouvelle génération de candidates» et y «apporte du sang neuf», a expliqué Mme Plante en conférence de presse dans l’arrondissement de Côte-Des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce.

«Avoir des femmes en politique est crucial et je souhaite que ces jeunes femmes fassent de moi une meilleure mairesse.»

Valérie Plante, mairesse de Montréal, cheffe du parti Projet Montréal.

La mairesse compte sur cette nouvelle équipe de candidates pour refléter une population montréalaise «diverse». Ainsi que pour continuer «le travail de Projet Montréal», notamment pour «la transition écologique et l’économie sociale».

«Changement de ton» dans CDN-NDG

Gracia Kasoki Katahwa a travaillé comme infirmière gestionnaire auprès de patients pendant plus de 10 ans. Elle tentera de briguer la mairie de Côte-des-Neiges-Notre-Dame de Grâce. La jeune femme veut «créer des ponts et remettre en marche» l’arrondissement, un arrondissement qui dispose d’un «potentiel infini», explique t-elle.

Mme Kasoki Katahwa dit vouloir «travailler dur pour que les citoyens de CDN-NDG retrouvent la qualité des services qu’ils méritent.» Elle fait valoir son expérience en tant qu’infirmière pendant la pandémie, qui lui a montré que «quand on travaille en équipe avec un but commun, on accomplit de grandes choses.»

«Il faut arrêter de perdre du temps et concentrer notre énergie sur l’arrondissement», ajoute la candidate.

L’arrondissement est éclaboussé depuis plus de deux ans par les conflits politique de son administration.

La mairesse de l’arrondissement, Sue Montgomery, a été exclue de Projet Montréal après avoir refusé de congédier sa directrice de cabinet à la suite d’un rapport sur le climat de travail de l’arrondissement et d’accusations de harcèlement au travail. Elle avait décidé de se présenter sous la bannière de son propre parti Courage-Équipe Sue Montgomery.

«Je ne vous cacherai pas ma déception de ne pas avoir pu accomplir ce que l’on souhaitait faire dans CDN-NDG car l’ambiance a été sclérosée par un combat personnel de la part de Mme Montgomery (…) Gracia Kasoki Kathwa comme candidate à la mairie de l’arrondissement a les habiletés pour conserver un climat sain.»

Valérie Plante, mairesse de Montréal, cheffe du parti Projet Montréal

Début juin dernier, Mme Montgomery a également porté plainte contre la mairesse de Montréal, le contrôleur général et la Ville de Montréal pour diffamation (elle réclame près de 186 000$ de dommages).

Finalement, dans le cadre d’une poursuite auprès de la Cour municipale du Québec en déontologie, Mme Montgomery avait été suspendue pour 120 jours pour 11 manquements en éthique, la décision a cependant été mise en suspend par la Cour Supérieure jusqu’au 5 octobre.

Les opposants de Gracia Kasoki Katahwa seront Lionel Perez, candidat pour Ensemble Montréal et actuel conseiller de la ville dans le district de Darlington, et Mme Montgomery.

Rosemont-la-Petite-Patrie

Dans Rosemont-La Petite-Patrie, Projet Montréal pourra compter sur la candidature d’Ericka Alneus comme conseillère de ville dans le district d’Étienne-Desmarteau. Mme Alneus se qualifie comme «une femme de concertation» qui a construit une expérience en gouvernance et en développement de partenariats.

Mme Alneus dispose également d’un engament communautaire de longue date auprès des jeunes pour favoriser leur participation citoyenne et garantir l’égalité des chances.

«La tradition écologique est implantée dans le quartier et mon but est de poursuivre ce travail pour faire de Rosemont–La-Petite-Patrie, un leader en résilience environnementale.»

Ericka Alneus, candidate de Projet Montréal dans Rosemont-la-Petite-Patrie district d’Étienne-Desmarteau.

Villeray–Saint-Michel-Parc-Extension

Martine Musau Muele sera candidate au poste de conseillère de ville dans le district de Villeray dans l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel-Parc-Extension.

La jeune candidate a également été membre du Conseil d’Administration de BIXI Montréal. Elle a choisi «naturellement de s’engager auprès de Projet Montréal» et se veut «à l’écoute des citoyens et citoyennes de Villeray pour apporter des changemenets significatifs et positifs.»

Île-Bizard-Sainte-Geneviève

Geneviève Delisle enseignante en adaptation scolaire, sera candidate au poste de conseillère d’arrondissement dans l’arrondissement Île-Bizard-Sainte-Geneviève pour le district Jacques-Bizard.

Pour elle, Projet Montréal est la suite «naturelle de son engagement citoyen». Elle qui avait notamment participé à l’élaboration d’un guide à l’intention des citoyens afin de les préparer «à faire face à d’éventuelles catastrophes», telles que les inondations de ces dernières années.

Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles

Virginie Journeau sera candidate au poste de conseillère de ville dans le district de Pointe-aux-Trembles, arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles. La jeune femme, actuellement directrice de la Maison des jeunes de Pointe-aux-Trembles dit vouloir «continuer son engagement citoyen.»

Lachine

Vicki Grondin est candidate au poste de conseillère de ville dans l’arrondissement Lachine. La jeune femme, née à Lachine est porte-parole du collectif Réclame ta rive se dit sensible à la «préservation de l’environnement fragile et enchanteur de l’arrondissement.»

Sud-Ouest

Dans l’arrondissement du Sud-Ouest, Tan Shan Li sera candidate au poste de conseillère d’arrondissement dans le district de Saint-Henri-Est-Petite-Bourgogne-Pointe-Saint-Charles-Griffintown. La jeune femme, conseillère en architecture d’entreprise et spécialiste en planification «veut poursuivre l’amélioration concrète du quartier, de ses infrastructures et de ses services.»

Mercier-Hochelaga-Maisonneuve

Alia Hassan-Cournol sollicitera «la confiance des citoyens de Maisonneuve-Longue-Pointe», dans les urnes. Elle présentera sa candidature au poste de de conseillère de ville dans le district Maisonneuve-Longue-Pointe, dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

La jeune femme qui a immigré à Montréal il y a 10 ans a été vice-présidente de la Fondation Paroles de Femmes, une organisation qui œuvre dans les droits civiques et l’action sociale. Mme Hassan-Cournol a également travaillé auprès de nombreuses organisations qui militent pour le droit des femmes, des populations marginalisées ou des personnes immigrantes (telles que le Y des Femmes et Women’s March).

Elle «veut écouter et reconnaitre les besoins des citoyens de l’Est-de Montréal», «pour mettre son expertise», à leur service.

Articles récents du même sujet